×
Publicités
Par
AFP
Publié le
14 déc. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Parfumerie : les "nez" ont un cerveau différent

Par
AFP
Publié le
14 déc. 2012

PARIS, 14 déc 2012 (AFP) - Les régions du cerveau associées à l'olfaction sont plus développées chez les parfumeurs professionnels que chez le commun des mortels, a montré une équipe française qui a pris comme cobayes plusieurs grands parfumeurs, dont Jean-Claude Ellena, "nez" d'Hermès.

Cet exemple de la plasticité du cerveau humain vient d'être révélé, dans la revue spécialisée NeuroImage, par des chercheurs du CNRS et de l'Inserm de l'équipe Codage et mémoire olfactive du Centre de recherche en neurosciences de Lyon.


Jean-Claude Ellena, le nez d'Hermès (photo AFP Anne-Christine Poujoulat)

Les chercheurs ont fait passer une IRM (examen d'imagerie) à 14 experts parfumeurs, parmi lesquels Jean-Claude Ellena et Daniel André, parfumeur genevois indépendant. Le même examen a été réalisé sur 13 étudiants de l'Institut supérieur international de la Parfumerie, de la Cosmétique et de l'Aromatique de Versailles (Isipca), et 21 sujets dits "naïfs", c'est-à-dire n'ayant aucune formation olfactive particulière. L'IRM a montré que le volume de matière grise des aires cérébrales associées à l'olfaction est plus important chez les parfumeurs que chez les sujets "naïfs". Ces travaux montrent aussi que le volume de matière grise "est directement corrélé avec l'expérience des parfumeurs", souligne le CNRS dans un communiqué: plus ces experts ont une longue carrière derrière eux, plus grande est la quantité de matière grise dans leurs aires olfactives.

En revanche, les chercheurs ont observé que, chez les sujets naïfs, ces aires cérébrales se réduisent notablement avec l'âge, un phénomène continu et général lorsqu'aucun entraînement n'est réalisé. "Ainsi, cela indique que les modifications cérébrales observées chez les parfumeurs seraient le fruit de l'entraînement, et non de particularités innées", selon les chercheurs. Lors de travaux précédents, les mêmes chercheurs avaient démontré que, grâce à l'entraînement, les parfumeurs acquièrent la capacité d'imaginer mentalement une odeur au point de la "sentir" dans leur nez, alors qu'elle est physiquement absente, une faculté qui est hors de portée du "commun des mortels".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.