×
Publié le
2 mars 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris célèbre la nuit avec Sacai, Y/Project et Valli

Publié le
2 mars 2020

Les silhouettes se rallongent, les oreilles et le cou s’ornent de bijoux étincelants, la garde-robe se fait plus sophistiquée… Cette tendance très habillée s’est accentuée, lundi, sur les podiums parisiens avec des défilés glamour pour ladies sophistiquées. En particulier, chez Sacai, Y/Project et Giambattista Valli.
 

Sacai - Fall-Winter2020 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Bottes hautes à talons, longs gants de cuir, boucles d’oreille importantes, colliers de perles et grosses chaînes dorées ras du cou, les femmes Sacai s'avancent dans la nuit sous le balayage incessant des projecteurs. Pour l'hiver prochain, Chitose Abe a voulu une garde-robe ultra chic, où les tenues de soirée prennent pour la première fois une place prédominante.
 
Le soir se fond notamment avec l'outwear dans des pièces hybrides uniques. Les mises habillées prenant des airs de vestiaire quotidien et vice-versa. Les robes fourreaux en satin incorporent de longs manteaux, ou prennent l'allure d’élégants costumes. Ces derniers s’immiscent aussi dans de somptueux tricots blancs torsadés. Le bomber s'allonge jusqu’aux pieds ou se mêle à de l’organza dans des robes parachute.

Le col et la patte de boutonnage d'une chemise blanche s’incrustent dans des ensembles fluides taillés dans des tissus masculins. La créatrice ouvre les pantalons qu'elle met à plat, appliquant, en trompe l’œil, les deux larges pans des jambes sur le devant ou dans le dos d'une robe. Une paire noire s'accroche, comme un pagne, à une robe tee-shirt et robe chemise blanches.
 
La construction est toute centrée cette saison sur une sorte d’ample et longue tunique, où viennent se greffer différentes matières et pièces, qui se révèlent dans le mouvement, pour un effet deux en un. "Une silhouette quatrième dimension", telle que la définit la styliste japonaise.
 

Y/Project - Fall-Winter2020 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


On retrouve les chaînes dorées géantes autour du cou, ainsi que les grosses perles blanches chez Y/Project. Mais ces dernières ornent des escarpins noirs, tout comme de fines chaînes en or, qui enlacent souliers, mais aussi un buste en une toile d’araignée, tandis que le bas à rayure sexy est revisité sous forme de fuseaux fendus devant et derrière, à porter avec une simple culotte ou body et un top.

Des rubans brillants et ondulés composent une robe du soir improvisée sous une tunique en organza noir, le pan d’une robe bouffante en or s’enfile dans une botte, Une imposante robe cape en velours noir avec le col relevé dans le dos donne une allure altière de reine au mannequin, qui clôt le défilé avec majesté.
 
Comme à chaque saison, le directeur artistique Glenn Martens s’amuse à franchir les frontières de la couture en explorant toutes sortes de nouvelles constructions. Pour l’automne-hiver 2020/21, il se concentre sur le bassin, qui semble s’enfiler entre les deux coquilles d’une moule, formée par un pantalon taille haute découpé en V.
 
Ce dernier s’ouvre ainsi à partir de l’entrejambe en deux pétales ogive sur chaque flanc. Une forme défiant les règles de l’équilibre, que le designer applique à toutes sortes d’ensembles, tops, corsages et vestes plongeant dans pantalons et jupes entonnoirs. En particulier dans d’incroyables costumes avec blazers-body, tandis qu'un pantalon ainsi ouvert laisse voir parfois un string (intégré au modèle).
 
Pour le reste, les étoffes de tops, pantalons et jupes s’enroulent dans des formes boursouflées autour de la taille. Des chemises pliées en long vont se coincer dans les bretelles de quelques tops, comme des écharpes. Des robes en jersey se tire-bouchonnent au niveau de la taille. Echarpes et foulards s’enroulent autour du poignet comme un bracelet XXL, ou à un bras en insolite besace.
 

Giambattista Valli - Fall-Winter2020 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Chez Giambattista Valli, les colliers de perles blanches sont présents en force également, les mannequins s’enlaçant dans de longues et multiples rangées de perles. Le couturier compose sa collection en pensant à la Parisienne. Résultat : une jeune femme à peine sortie de l’enfance avec mocassins plats ou boots, gants glamour et tenues rose pastel tout en délicatesse et légèreté, un nœud en velours noir dans les cheveux ou se couvrant la tête d'une voilette parsemée de cristaux.
 
La garde-robe se décline principalement dans ces deux tonalités opposées, rose et noir, dévoilant le caractère ambivalent de cette Parisienne, à la fois romantique et séductrice au fort tempérament. Elle alterne les mini-robes, les petits manteaux et les tailleurs en tweed, aux jupes fendues, avec des robes plus froufrou en soie, tulle et satin descendant jusqu’aux pieds. Des plumes d’autruche donnent une touche aérienne à l’ensemble.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com