×
Publicités
Publié le
26 févr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris célèbre une allure assurée

Publié le
26 févr. 2020

La femme qui défile à Paris n’est jamais banale, comme l’ont illustré mercredi, entre autres, la flamboyance nocturne de Dries Van Noten, la classe et la décontraction de Rochas, et la réflexion sur une mode écoresponsable proposée par Guy Laroche.
 

Dries Van Noten, automne-hiver 2020/21 - PixelFormula


Dries Van Noten signe pour l’automne-hiver 2020/21 une collection époustouflante, où couleurs, matières et imprimés se télescopent avec force donnant à l’ensemble une beauté singulière. Le créateur a voulu célébrer la nuit, entre extravagance et glamour, des inoubliables soirées hollywoodiennes des années 1930 aux soirées enfumées des clubs londoniens des années 1970.
 
Dries Van Noten plonge sa garde-robe dans une palette nocturne crépusculaire oscillant entre mat et brillant avec des bordeaux, rouge vif, vert acide, cognac, lapis-lazuli, violet, lilas, orange, vert olive, émeraude et métal. Il manie surtout les mélanges de styles avec brio.

Les vestes ou manteaux en laine tartan, tout comme les pantalons ou chemises à carreaux sont associés à des pièces glamour : des robes drapées en velours et des peignoirs aux imprimés bucoliques de fleurs hawaïennes, des jupes ou des tops à plumes d’autruche rubis.
 
Le pantalon de motard ou la veste en cuir se marient à des tops à grosses fleurs ou à une jupe en python. Les vestes shearling sont teintées en rouille ou violet. Le velours dévoré se mélange au latex, au denim brut ou encore au satin et à la soie. Une robe en brocart scintille dans la nuit.
 

Rochas, automne-hiver 2020/21 - DR


Pour sa dernière saison chez Rochas, Alessandro Dell'Acqua esquisse une jeune femme au chic naturel et désinvolte. En bas de laine, juchée sur de hautes sandales plateformes en velours, elle endosse de longues robes en soie fluides parsemées de cristaux et pierreries dans des teintes chaudes (rose, violet, orange, réglisse, rouille).
 
Elle est aussi à l’aise dans des costumes d’homme (gris, bleu ciel), que dans des robes scintillantes ébouriffées de fils dorés ou rebrodées de riches décorations. Elle alterne les mises précieuses, à coup de fourrures importantes et de cascades de pierres, avec des ensembles plus minimalistes dans des total look ton sur ton.

Une silhouette associe par exemple deux manteaux orange porté l’un sur l’autre avec le sac dans la même couleur,. Ailleurs, le pantalon, le pardessus, le col roulé et le blouson sont du même bleu électrique. Le soir, elle opte pour des vêtements aux longues franges noires et argentées.
 
Pas de défilé chez Guy Laroche, mais une installation insolite. Le directeur artistique de la griffe, Richard René, a récupéré douze pièces vintage de la maison, qu’il a rachetées et photographiées grandeur nature.
 

Guy Laroche, automne-hiver 2020/21 - DR


A partir de ce matériel, il a conçu douze modèles en n'utilisant que les matières premières disponibles au sein de la maison. Le pantalon d'un costume noir est modernisé avec de grandes fentes latérales au niveau du genou. Des bandes de vinyle noir s'enroulent autour de certaines robes imprimées, leur donnant du caractère.
 
Quatre autres modèles ont été conçus dans de la laine et de la soie beige symbolisant "une renaissance" pour évoquer le thème de la récupération. Comme le rappelle la maison dans sa note d'intention, en 2019, 39 millions de tonnes de vêtements ont été jetés dans le monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com