×
Publicités
Par
AFP
Publié le
19 janv. 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris : des défilés sous sécurité renforcée

Par
AFP
Publié le
19 janv. 2016

Après Londres et Milan, Paris se met mercredi à l'heure de la mode masculine, avec une cinquantaine de défilés répartis sur cinq jours, suivis par les collections de haute couture jusqu'au 28 janvier, qui seront encadrés par un dispositif de sécurité renforcé.

Yohji Yamamoto a demandé à ses invités d'arriver en avance du fait des contrôles (Yohji Yamamoto - Spring-Summer2016 - Menswear - Paris) - © PixelFormula


Contrôles des identités et des sacs à l'entrée, limitation des attroupements à l'extérieur... Dans cette période d'état d'urgence post-attentats, la Fédération française de la Couture, en « coopération étroite » avec la préfecture de police et les services de l'Etat, a émis des recommandations à l'intention des Maisons pour leurs défilés.

« Tout l'enjeu est de sécuriser autant qu'il est possible, sans inquiéter », résume Pascal Morand, le président exécutif de la Fédération interrogé par l'AFP, soulignant que « les mesures les plus efficaces ne sont pas nécessairement les plus visibles ni celles dont on parle ».

Chanel « renforcera son dispositif conformément aux consignes des autorités », a indiqué la griffe. Dior, Lanvin prévoient aussi une sécurité accrue et les Maisons Yohji Yamamoto et Valentino ont demandé aux invités d'arriver en avance en raison des contrôles.

Quant aux répercussions sur la fréquentation des défilés, il est trop tôt pour les évaluer, selon la Fédération de la Couture.

Dans le programme des collections homme automne-hiver 2016-2017, les grands noms cohabitent avec de plus jeunes marques, dont quatre nouveaux venus (Avoc, OAMC, les Japonais Christian Dada et aussi White Mountaineering). De nombreuses nationalités sont représentées.

Cette forte dimension internationale est une des caractéristiques de Paris face aux Fashion Weeks de New York, Londres et Milan.

« C'est très important pour Paris d'être la place où on vient être adoubé, se faire reconnaître et conquérir une légitimité », commente Pascal Morand. « Il y a eu un gros regain pour Paris ces dernières années. Il y a globalement l'idée que c'est là que les choses se passent, même si on travaille très bien avec nos amis italiens, et qu'on respecte absolument ce qui se fait à Londres et à New York », poursuit l'ancien directeur général de l'Institut Français de la Mode (IFM). « C'est un enjeu très important du point de vue économique, et presque géopolitique en terme d'influence », dit-il.

Un absent de taille, toutefois : Saint Laurent, qui fait faux bond à Paris en présentant son défilé le 10 février à Los Angeles, où vit son directeur artistique Hedi Slimane. « Cela a été souhaité ainsi par Hedi Slimane et par la Maison », a simplement commenté Pascal Morand, soulignant qu'il s'agissait d'un « événement ponctuel ».

Raf Simons, qui a quitté en octobre la direction artistique de Dior, présentera la collection de sa propre marque de mode masculine mercredi soir. Le défilé Lanvin dimanche matin intervient alors que cette année marque les dix ans de collaboration entre la Maison et son directeur du style pour l'homme, le Néerlandais Lucas Ossendrijver. Ce dernier présentera sa collection sans Alber Elbaz, directeur artistique limogé en octobre.

« C'est une période de transition », a estimé Pascal Morand. « Oui, il faut qu'il y ait un styliste, un directeur artistique qui soit emblématique. Mais ce métier a quand même beaucoup changé, dans le sens où le professionnalisme, la créativité de toutes les personnes qui gravitent autour du directeur artistique et dans les studios est tout à fait impressionnante », a-t-il nuancé.

Autre rendez-vous attendu : le défilé de la marque Cerruti, qui fait son retour sur les podiums parisiens après une saison d'interruption, avec la première collection de son nouveau directeur artistique Jason Basmajian.

A noter dans le calendrier « off », le défilé de la marque Pigalle, mélange de streetwear et d'un esprit plus couture, dont le designer Stéphane Ashpool a remporté en juillet dernier le prix de l'Andam, destiné à soutenir de jeunes créateurs en France.

Dimanche soir, le show Versace donnera le coup d'envoi de la haute couture, spécificité parisienne, pour quatre jours de défilés printemps-été 2016.

Par Anne-Laure Mondesert

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.