×
Publicités
Publié le
19 janv. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris Fashion Week : Rochas dévoile son Homme

Publié le
19 janv. 2017

Rochas réussit son baptême dans la mode Homme. La Maison de mode a dévoilé jeudi sa toute première collection masculine réalisée par la designer française Béatrice Ferrant. A l’arrivée : une garde-robe urbaine luxueuse très aboutie, où chaque pièce se distingue par son caractère. Matières, coupes, détails, finitions… Tout est mis en œuvre pour habiller un homme exigeant, qui souhaite rester sobre, tout en appréciant le confort et ce twist qui le rendra unique.

Le « petit prince » urbain de Rochas - dr


« Nous voulions un homme qui soit élégant et informel, bref très parisien ! Un chic habillé avec une partie distanciée d’humour. C’est complètement moderne. L’Homme que j’attendais », résume Philippe Benacin, le patron du groupe Interparfums, qui a racheté la maison Rochas en 2015 et investit pour la première fois dans le secteur de la mode.

Alors que le prêt-à-porter féminin de Rochas est géré en licence par Onward Luxury Group avec à la direction artistique l’Italien Alessandro Dell’Acqua, la ligne d’habillement masculin, en revanche, n'était active qu'à travers une licence concernant seulement l’Amérique latine.

Interparfums a décidé de se lancer de plain-pied dans un projet mondial d'habillement masculin en recrutant Béatrice Ferrant et en créant une structure interne avec une dizaine de personnes, entre studio et équipe commerciale.

« Je suis partie de l’idée du smoking, véritable fil rouge de cette collection, avec des éléments clés tels le ruban de satin ou le plastron », explique la directrice artistique, qui s’est amusée à confectionner des pantalons queue-de-pie et des chemises à plastrons plissés, drapés, etc.

Un look cool et sophistiqué à la fois - Rochas


Un t-shirt en coton blanc, notamment, avec son col, son plastron et ses manchettes classiques prend l’allure d’une véritable chemise de smoking, le confort en plus !

Une trame inspirée des grilles métalliques de la tour Eiffel est reprise comme un leitmotiv, ciselée dans un perfecto en cuir, brodée sur un pantalon ou sur un tricot en cachemire ultra doux.

« Les vêtements semblent simples, mais ils sont tous extrêmement construits, recelant chacun un détail particulier », souligne la styliste. Du R de Rochas brodé sur la poche d’un jeans, à la partie intérieure monochrome d’un tissu ressortant en galon sur le devant d’un caban à carreaux, en passant par la poche embossée d’une veste ou celle bouillonnée, avec un effet origami, d’une parka géante en taffetas.  

Autre exemple de raffinement à la française : la broderie sur le devant d’un manteau raccordée avec celle de la manche… On est stylé ou on ne l’est pas ! Des manches en cachemire torsadées amovibles peuvent également se superposer à un manteau ou s’enlever.

Le Parisien imaginé par Béatrice Ferrant - Rochas


L’allure est ajustée, mais le confort prime. Les pantalons sont ergométriques, les jeans laqués métallisés offrent une sensation de solidité. Les épaules d’un pull retombent sur le devant pour une meilleure portabilité.

Un sweat semble façonné dans un néoprène… alors qu’il est fabriqué en double jersey. La veste en laine métallique offre un effet brillant. A chaque fois, un détail raffiné vient rehausser le vêtement.

Les T-shirts démarrent à 200 euros. Les chemises, vendues entre 300 et 500 euros, sont réalisées en France, tout comme les jeans (700-1 000 euros). Les vestes, situées entre 1 000 et 1 400 euros, sont fabriquées au Portugal. Tout ce qui est cuir et maille est produit en Italie. La collection est complétée par quelques modèles de chaussures.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com