×
Publicités
Publié le
16 oct. 2015
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris, plus que jamais au centre de la planète fashion

Publié le
16 oct. 2015

Avec son patrimoine en matière de couture et ses nombreuses prestigieuses maisons, Paris a toujours été au centre de la planète mode et du luxe, s’affichant comme une place incontournable aussi bien en termes de business que de création. Mais depuis trois ans, la capitale connaît un dynamisme particulier avec une flopée de nouveaux talents, qui se distinguent à travers leurs propres marques ou au sein des grandes griffes.

Paris, phare de la mode mondiale - Armando Grillo


Paris brille en effet d’un nouvel éclat depuis quelques années avec l’arrivée d’une nouvelle vague à la direction artistique de grandes maisons, tels Olivier Rousteing chez Balmain (2011), Hedi Slimane chez Saint Laurent ou encore Raf Simons chez Christian Dior (2012). Ce retour sur le devant de la scène créative a permis à la Ville Lumière de regagner du terrain, notamment face à Londres, qui s’était distinguée dernièrement pour sa bouillonnante créativité.

Un nouvelle effervescence qui n’est pas sans rappeler les années 1990, quand John Galliano œuvrait chez Dior et Alexander McQueen chez Givenchy. Ce leadership retrouvé semble confirmé par la récente nomination de Demna Gvasalia, fondateur de la jeune marque Vetements, à la tête du style chez Balenciaga.

« Cela faisait longtemps qu’on ne voyait pas une maison aussi importante que Balenciaga confier sa direction artistique à un créateur qui ne soit pas anglais ou américain. Que des managers français fassent un tel choix est plutôt un bon signe pour la place parisienne », se réjouit Pierre-François Le Louët, président de l'agence de prospective Nelly Rodi.

La nomination chez Courrèges de Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, fondateurs du label Coperni, eux aussi inconnus du grand public, va dans le même sens. « C’est bien que ce soit Paris qui bouscule les choses », renchérit un observateur, fin connaisseur du milieu du luxe.

Le défilé Vetements de Demna Gvasalia, le nouveau DA de Balenciaga - PixelFormula


« Pour Balenciaga, que ce soit un grand groupe français comme Kering qui ait pris cette décision, en agissant très vite, est courageux et mérite d’être souligné. Avant, les maisons prenaient plus de temps pour solliciter un jeune créateur. Aujourd’hui, ce n’est plus possible », poursuit cet expert.

« Quand Hermès a fait appel à Martin Margiela, c’était une décision de la même envergure avec la même prise de risque. La différence, c’est qu’aujourd’hui tout va beaucoup plus vite. On assiste à une accélération de la montée en puissance des jeunes marques. En particulier de créateurs qui ont choisi Paris comme base et dont la marque a pris tout de suite de l’ampleur avec une forte visibilité internationale », analyse Stéphane Wargnier, président exécutif de la Fédération française de la couture.

Vêtements, Julien David, Léa Peckre, Each x Other, Jacquemus, Antony Vaccarello, Koché, Etudes Studio, Pigalle Paris ou encore Aalto sont quelques-uns de ces nouveaux labels avec le vent en poupe estampillés du sceau de Paris. Beaucoup de jeunes étrangers préfèrent désormais s’installer à Paris car ils trouvent sur place un environnement favorable, bénéficiant aussi bien du savoir-faire français entre modélistes, ateliers et autres artisans, que du soutien des institutions.

En particulier celui de la Fédération Française de la Couture, qui a lancé en 2012 Designers Apartment, un showroom dédié à la jeune création française, avec l’appui du DEFI (Comité de Développement et de Promotion de l’Habillement). Il y a aussi de nombreuses opportunités pour les marques émergentes de se faire remarquer en France, notamment via les concours pour jeunes créateurs, tels que l’Andam, le prix LVMH ou encore le Festival d’Hyères.

Les New-Yorkaises Olsen ont choisi pour la 1ère fois Paris, précisément le château de Courances, pour présenter la collection de The Row cette saison - PixelFormula


« Autre élément favorable à Paris, l’appétit du public pour tout ce qui est nouveau. Etant donné que la capitale est leader aussi bien en termes de business que d’image, toutes les marques qui veulent se positionner sur l’échiquier mondial viennent chez nous », souligne encore Stéphane Wargnier. « Si l’on fait de la mode, c’est à Paris qu’il faut venir pour avoir de la visibilité. Cela correspond à des marques avec une vraie identité créative, qui donnent un point de vue », explique-t-il.

S’ajoute à cela la part de mystère qui caractérise Paris. « Il y a une magie particulière, celle d'un pays, d'une ville, d'une culture, où l'émotion artistique a toujours eu la préséance sur le business. Ce goût des choses rares, cette tolérance pour les expressions plus émouvantes que rigoureuses, restent l'unique atout de Paris. Et c'est pour cette raison que nombre de créateurs étrangers choisissent cette ville », conclut Jean-Jacques Picart, consultant mode et luxe.
 
Paris, plus que jamais reine mondiale de la mode ? Même la Ville semble l’avoir compris, qui s’est mobilisée comme jamais elle ne l’avait fait auparavant lors de la dernière Fashion Week en lançant la campagne « La Mode aime Paris ». Une manière on ne peut plus éclatante de célébrer la grandeur parisienne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com