×
6 708
Fashion Jobs
PVH
Chef de Projet Digital Tommy Hilfiger
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes - Paris/Ile de France (H/F)
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Manager Vente H/F
CDI · NICE
CAMAÏEU
Contrôleur de Gestion Commercial H/F
CDI · ROUBAIX
CAMAÏEU
Contrôleur de Gestion Achats Confirmé H/F
CDI · ROUBAIX
APPROACH PEOPLE
Hrpb Retail Anglais & Espagnol Courant H/F
CDI · BAYONNE
SHOWROOMPRIVE.COM
Charge Formation et Qualite Service Client Bilingue Espagnol - H/F
CDI · SAINT-DENIS
VENTE-PRIVEE.COM
Responsable Des Ressources Humaines H/F
CDI · SAINT-DENIS
SAPIANCE RH
Directeur Commercial Moyen Orient (H/F)
CDI · DUBAÏ
COURIR
Contrôleuse/Contrôleur de Gestion Réseau - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Relation Clients H/F
CDI · SAINT-OUEN
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · PARIS
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · TOULOUSE
RICHEMONT
Chef de Projets Sourcing
CDI · PARIS
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · LILLE
LA HALLE
Chargé(e) CRM H/F
CDI · PARIS
CALZEDONIA SIEGE
Coordinateur(Trice) Travaux et Maintenance - CDI 35h
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Moa & Déclarations Sociales H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Acheteur Marque Propre Maroquinerie H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Projet Stratégie Confirmé H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Produit Marque Propre Homme H/F
CDI · PARIS
ORIGINAL BTC FRANCE
Chargé(e) d'Affaires Prescription / Retail
CDI · PARIS
Publicités

Pas de traité commercial entre les Etats-Unis et la Chine au G20

Par
AFP
Publié le
today 12 juin 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a indiqué mardi que les Etats-Unis et la Chine n'annonceraient pas de traité commercial lors du sommet du G20 fin juin au Japon, où Donald Trump compte évoquer le sujet avec son homologue chinois, Xi Jinping.


Le président américain, Donald Trump (d), et son homologue chinois, Xi Jinping, et leurs conseillers, lors d'un dîner, le 1er décembre 2018 à Buenos Aires, en Argentine - AFP


De son côté, le président américain a pressé Pékin de revenir aux termes de l'accord qui avait été trouvé début mai entre les deux parties, faute de quoi signer un texte n'aurait selon lui « aucun intérêt ».

« Le sommet du G20 n'est pas un endroit où l'on noue un accord commercial définitif », a déclaré Wilbur Ross sur CNBC, tout en soulignant qu'il pourrait y avoir « une forme d'accord sur la marche à suivre ». « Ce ne sera certainement pas un accord définitif », a-t-il toutefois insisté.

Empruntant un langage guerrier, le ministre de Donald Trump a estimé que si ce conflit pouvait prendre l'allure d'une « guerre frontale », il se terminera par une solution négociée.

« Les marchés sont un peu trop nerveux ou un peu trop euphoriques », a-t-il par ailleurs opiné, relevant par exemple que « les gens étaient devenus hystériques » lorsque le locataire de la Maison Blanche avait menacé d'imposer des taxes douanières aux biens importés du Mexique.

« Finalement, nous avons une solution susceptible de contribuer à résoudre le problème de la crise (des clandestins) à la frontière et qui n'inclut pas de droits de douane », a-t-il commenté. Il a en outre invité « à tirer les leçons de cette crise » et « à juger cette administration en fonction des résultats ».

De son côté, Donald Trump a une nouvelle fois déclaré qu'il s'attendait à rencontrer au G20 à Osaka son homologue chinois Xi Jinping, avec lequel il assure entretenir « une très bonne relation ». Selon lui, Pékin aimerait « beaucoup nouer un accord ».

« Nous avions un accord avec la Chine et ils ont fait marche arrière » début mai, a rappelé Donald Trump. « A moins qu'ils ne reviennent à cet accord, je n'ai aucun intérêt » à signer un traité, a ajouté le président américain, qui entend obtenir de Pékin des changements structurels.

Washington veut non seulement réduire son gigantesque déficit commercial avec la Chine, mais encore obtenir d'elle une série d'engagements sur le respect de la propriété intellectuelle, la fin des transferts forcés de technologie, ou l'abandon de subventions aux entreprises d'Etat.

Donald Trump avait martelé plus tôt que les consommateurs américains n'étaient pas affectés par la guerre des tarifs douaniers entre Washington et Pékin.

Le gouvernement chinois « dévalue sa monnaie et subventionne ses entreprises pour atténuer les effets des droits de douane de 25 % supplémentaires » sur les 250 milliards d'exportations vers les Etats-Unis, a-t-il écrit dans un tweet.

Le Fond monétaire international (FMI) avait estimé la semaine dernière que le regain de tensions sino-américaines pourrait affecter la croissance américaine, mais il avait aussi jugé que, pour l'heure, les effets étaient peu visibles sur les consommateurs.

Donald Trump a encore menacé lundi d'imposer de nouvelles taxes douanières si le tête-à-tête prévu avec le président Xi Jinping au Japon n'avait pas lieu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.