Patrick Puy : "Si demain il y a un autre actionnaire pour La Halle et Caroll, ce n’est pas un problème"

Le groupe Vivarte, qui ne va bientôt plus abriter que les enseignes La Halle et Caroll, subit de plein fouet comme d’autres la baisse d’activité entraînée par les différentes manifestations du mouvement des gilets jaunes. Invité le 10 décembre sur la chaîne BFM Business, Patrick Puy s’en est désolé : « C’est une catastrophe économique globale et nous, on va perdre 25 à 30 % de chiffre d’affaires en décembre dans une période où normalement on vend beaucoup (…) et ça ne se rattrape pas ».


Patrick Puy - DR

Arrivé fin 2016 en tant que PDG du groupe, le spécialiste du retournement d’entreprises envisage toutes les possibilités quant au devenir de Vivarte. A la question « la vente de la Halle, c’est pour quand ? », il répond : « Ce n’est pas une bonne question. Ce qui m’intéresse moi en tant que chef d’entreprise, c’est de leur donner les moyens de se développer et si on n’a pas les moyens d’investir, dans l’IT, le Web, etc. pour Minelli, San Marina et Cosmoparis, et pour maintenir ces développements pour La Halle et Caroll, eh bien, on vend. Si demain il y a un autre actionnaire pour La Halle et Caroll, ce n’est pas un problème ».

Après avoir trouvé un acquéreur pour Besson et Naf Naf cette année, Patrick Puy a annoncé en novembre la mise en vente de trois autres enseignes : San Marina, Minelli et Cosmoparis. « Le boulot de restructuration est presque fini, maintenant on va passer à un boulot de développement. Pour ça, on va se doter d'autres forces, je vais embaucher des gens qui à mes côtés vont m’aider à diriger le groupe pour le développer », a-t-il expliqué au micro de Stéphane Soumier. « Il va falloir redonner envie et probablement avoir moins de boutiques et plus de Web. »

Vivarte a renégocié sa dette en 2017, celle-ci ayant été réduite à environ 600 millions d’euros, quand son échéance est fixée en octobre 2019. Les différentes cessions pourraient en partie contribuer à la combler. « On ne vend pas pour faire du cash, se défend Patrick Puy sur BFM Business. On vend parce qu’on pense que ces Minelli, Cosmoparis et San Marina seront mieux dans d’autres mains. »

D’autre part, La Halle doit quant à elle concrétiser début 2019 la fusion de ses deux entités, ce qui entraîne actuellement des négociations avec les représentants du personnel. Une réunion du comité de groupe doit se tenir ce mercredi 12 décembre, en présence de Patrick Puy et des représentants syndicaux notamment. Des annonces pourraient donc y être effectuées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER