Paul & Shark met le turbo sur tous les fronts

Boutiques, management, image, produit, nouveaux marchés… Paul & Shark a amorcé depuis un an un important plan de consolidation et développement. Dernier projet en date, l’ouverture à Paris d’une  boutique de 175 m2 située non loin d’Hermès, Givenchy et Roger Vivier, au 36, rue du Faubourg Saint-Honoré. Elle est gérée en franchise par la société Aramis, qui avait implanté auparavant à cette adresse un magasin Brioni.

La marque italienne rajeunit son image - paulshark.it

« Nous avons dû déplacer notre précédent magasin situé au numéro 68, juste en face de l’Elysée, car ce pan de rue a été fermé pour des raisons de sécurité. Avec ses deux niveaux, la nouvelle boutique est superbe. La France est l’un de nos débouchés importants en Europe. Nous venons de signer un accord avec les Galeries Lafayette et allons ouvrir un point de vente aussi dans un centre commercial », nous confie le directeur général, Enrico Airoldi, de retour de Corée du Sud et en partance pour la Russie, où la marque va ouvrir deux nouvelles boutiques.

Dans l’Hexagone, Paul & Shark va ouvrir au sein des Galeries Lafayette un espace de 25 m2 à Nice dans un mois et un shop-in-shop de 40 m2 à Paris fin 2018. Par ailleurs, le label vient de constituer une coentreprise, dont il a la majorité, avec son franchisé pour gérer la boutique de Cannes, rue d’Antibes.

Provenant du spécialiste de l’habillement masculin Lardini, Enrico Airoldi pilote depuis mars 2017 le développement de la marque en tant que directeur général. Poste créé à cette occasion par le président et administrateur délégué Andrea Dini pour managérialiser davantage l'entreprise familiale. Ce dernier représente en effet la troisième génération propriétaire de la société Dama, qui gère Paul & Shark depuis son origine à Varèse, au nord de Milan, où est implanté aussi son pôle logistique de 30 000 m2.

La façade de la nouvelle boutique rue du Faubourg Saint-Honoré - Paul & Shark

L’activité remonte en réalité à 1921 avec la naissance de l’usine de maille Maglificio Daco, reprise et rouverte en 1948 par Gian Ludovico Dini, qui lui donne son nouveau nom de Dama en 1957. Ce fabricant, fournissant notamment plusieurs grandes griffes, lance en 1978 sa propre marque, Paul & Shark, spécialisée dans le sportswear inspiré du monde nautique, qui propose dès le départ des produits à haute performance technique.

« Nous produisons encore toute la maille dans notre usine de Varèse et le reste en Italie, en développant des tissus exclusifs ultra-performants, notamment pour l’outerwear », souligne le manager. Une grande technicité et qualité qui se perçoit d’emblée dans les collections et les matières utilisées.

Positionnées dans le moyen-haut de gamme, Paul & Shark propose un prêt-à-porter « smart casual », avec une offre principalement masculine, la femme ne représentant que 10 % des ventes. Le polo classique est vendu à 169 euros, le pantalon en coton à 217 euros, la veste d’homme à 496 euros.

Depuis quelques saisons, le bureau de style a été renforcé afin de rajeunir l’offre et l’image de la marque, qui s’adressait encore jusqu’à peu surtout à un homme mûr. Pour compléter ce lifting, des collaborations en co-branding seront lancées la saison prochaine. Enfin, un nouveau concept de boutique plus moderne et design a été développé et appliqué déjà dans plusieurs boutiques, dont celles de Paris, Londres sur Regent Street et Milan Via Montenapoleone.

La nouvelle adresse parisienne se déploie sur 175 m2 et deux niveaux - Paul & Shark

L’entreprise, qui emploie 400 personnes et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 151 millions d’euros avec une marge d’exploitation (Ebitda) qui ressort à 20 %, vient également de recruter un responsable pour le digital, dont le nom sera bientôt annoncé, pour lancer son e-commerce d’ici à la fin de l’année.

Au total, le label Paul & Shark est présent dans 76 pays avec 200 magasins monomarques, dont 180 en franchises, auxquels s’ajoutent 46 boutiques en Chine, reprises en gestion directe depuis janvier par la société. Il est distribué par ailleurs à travers quelque 2 000 clients multimarques.

Son premier marché est constitué par l’Europe, dont l’Italie représente 8 % des ventes totales, suivi par la Chine. Aux Etats-Unis, la marque est encore peu présente. Elle a fermé sa filiale il y a deux ans pour confier sa distribution à un agent local et compte trois boutiques à New York, Las Vegas et Miami. Elle souhaite par ailleurs entrer au Japon et en Corée, où pour l’instant elle n’est présente que dans quelques enseignes multimarques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterSportLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER