×
7 070
Fashion Jobs

Pékin s'est opposé à la participation de Miss Tibet à un concours de beauté

Par
AFP
Publié le
today 10 juil. 2005
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

DHARAMSALA (Inde), 10 juillet 2005 (AFP) - Miss Tibet n'a pas pu participer à un concours de beauté en Malaisie, les autorités chinoises s'y étant opposées, a annoncé dimanche Ngawang Samdup, le porte-parole de Miss Tibet.


Miss Tibet 2005

Alaric Soh, l'organisateur de Miss Tourisme-2005, qui a débuté samedi (et s'achèvera le 23 juillet) dans l'Etat malaisien de Sarawak en présence des représentantes de 32 pays, a confié aux responsables tibétains que l'ambassade de Chine à Kuala Lumpur avait refusé que Miss Tibet, Tashi Yangchen, prenne part à cette compétition, a expliqué Ngawang Samdup, à Dharamsala, dans le nord de l'Inde.

L'argument avancé par les Chinois était qu'une femme vivant en Inde ne pouvait représenter une partie du territoire chinois, a-t-il ajouté.

Tashi Yangchen avait été sacrée Miss Tibet en octobre 2004 à Dharamsala, où siège le gouvernement tibétain en exil et où se trouve la principale résidence du Dalaï-lama, chef spirituel des Tibétains, qui y avait trouvé refuge après l'échec d'un soulèvement contre la présence chinoise à Lhassa en 1959.

En guise de compromis, l'organisateur de Miss-Tourisme-2005 a demandé à Tashi Yangchen d'y participer "en tant que Miss Tibet-Chine", mais la partie tibétaine a rejeté cette solution, a poursuivi le porte-parole, selon lequel Tashi Yangchen s'était pourtant préparée activement au concours.

"Se présenter en tant que Miss Tibet-Chine serait politiquement incorrect, les Chinois n'ayant pas réglé le problème politique du Tibet", a commenté Ngawang Samdup, regrettant l'intervention des autorités chinoises dans cette affaire.

Tashi Yangchen, qui fait actuellement des études de gestion à l'université Huron de Londres, n'avait de même pas pu prendre part à un concours de beauté similaire au Zimbabwe, en février, également en raison de pressions chinoises.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.