×
6 894
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Pepe Jeans fait appel à Rothschild et McKinsey pour se restructurer et refinancer sa dette

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 7 mai 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Propriété du multimillionnaire libanais Najib Mikati et avec un siège social à Barcelone, la marque Pepe Jeans est en train de mettre en place un plan de redressement pour retrouver la bonne santé économique avec l’aide de l’agence de conseil McKinsey et de la banque d’investissement Rothschild.


Pepe Jeans se prépare à lancer un plan de redressement - Pepe Jeans London - Facebook


Pepe Jeans aurait contacté les deux entités pour l’aider à mettre en place un plan de redressement dans le but de revoir à la baisse son réseau de boutiques et ses effectifs, selon les informations publiées ce mardi par le journal économique espagnol El Confidencial. La marque a sollicité les services de l’agence McKinsey pour réaliser un audit de ses charges et travaillé avec le président de Pepe Jeans, Carlos Ortega, pour tenter d’adapter son business model à l’ère du digital et aux nouvelles habitudes des consommateurs.

Pepe Jeans a également fait appel à la banque d’investissement Rothschild pour renégocier le financement de la dette de 250 millions d’euros qu’elle a contracté auprès des banques BBVA, Santander, Caixabank, Bankia et Barclays. La marque négociera avec ses créanciers pour la troisième fois : deux extensions lui ont déjà été concédées au dernier trimestre 2016 et un prolongement de l’amortissement de son prêt jusqu’en juillet 2021 lui a été accordé en juin 2017.

Pepe Jeans a son siège exécutif en Espagne, son siège fiscal aux Pays-Bas et son principal marché est le Royaume-Uni. Depuis 2015, la marque espagnole fait partie du groupe d’investissement libanais M1, qui l’a acquise pour la somme de 720 millions d’euros. Aujourd’hui, l’auditeur du groupe PwC considère que sa valeur réelle s’est détériorée en raison de l’évolution négative de son chiffre d’affaires.

Le groupe de mode a commencé à accuser des pertes en 2017 avec une moins-value de 13,11 millions d’euros. Au dernier exercice, selon El Confidencial, ce chiffre s'est encore accru de 13,68 millions d’euros avec un EBITDA négatif de 12,72 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 566 millions d’euros, identique à celui de 2017.

Pepe Jeans va notamment devoir s’atteler à la restructuration de son réseau de boutiques dans un futur proche. Fin mars 2018, le groupe disposait de 355 établissements : 219 boutiques Pepe Jeans London, 105 de la marque Hackett, 29 boutiques partenaires Tommy Hilfiger, deux enseignes Norton et 16 espaces Façonnable.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com