×
3 664
Fashion Jobs
Publié le
10 avr. 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Perús : la jeune marque équitable s'offre une boutique parisienne

Publié le
10 avr. 2019

En novembre dernier, Perús a gagné encore en visibilité en s'installant dans le Marais. Elle a repris l’ancienne Galerie Cœur, rue de Turenne, soit 60 mètres carrés en rez-de-chaussée et 70 mètres en sous-sol, dans le Marais. Elle a commencé à y vendre ses produits pour les fêtes avant d’engager des travaux au début de l’année et d‘ouvrir son magasin à l’enseigne fin mars. En parallèle, la marque continue à vendre ses produits sur son e-shop. Parmi ses projets, de nouveaux produits sont en cours de développements : nouveaux modèles de sneakers ainsi que des pulls à motifs. Elle envisage aussi de produire une partie de produits dans un ou des pays plus proches géographiquement. Le Portugal fait ainsi partie des pays qui pourrait l’intéresser.


Après les sneakers, Perús a développé des sacs à dos puis des pulls - DR


A l’origine, tout a commencé lors d’un voyage au Pérou. Nicolas Langlois d'Estaintot, Armand de Juniac et Henri Flouquet, trois amis, se retrouvent à Cusco et découvrent des sneakers en tissus aux motifs andins. « Nous  nous sommes dit que ces sneakers pourraient plaire en Europe. Au fil de nos discussions, nous avons commencé à réfléchir à la façon de produire des sneakers au Pérou dans une démarche éthique », explique Nicolas Langlois d'Estaintot. Perús teste le terrain avec des sneakers en toile proposées sur Ulule, en crowdfunding, fin 2014. Pour chaque paire achetée, un jour d'école est financé dans une école de San Jeronimo, une banlieue pauvre de Cusco.

Le succès de la campagne Ulule est au rendez-vous puisque le projet reçoit 1 577 précommandes (originaires des cinq continents) sur les 200 prévues initialement. Un record sur Ulule à l'époque. Encouragés par le succès, Perús a commencé à développer des sneakers en cuir et en daim, toujours agrémentées d'empiècements en tissus andins.

Puis, la collection a accueilli des sacs à dos. En parallèle, les trois associés ont créé une marque mixte de maille, Pirua, en démarrant également avec une campagne de financement participatif. Des pulls en alpaga royal fabriqués en Bolivie et qui vont changer d'étiquette pour passer sous la houlette de Perús. L'objectif étant de clarifier le message et non de multiplier les initiatives sous différentes identités. Pour chaque pull vendu, un euro est versé à une association mettant en place différents projets éducatifs pour les enfants d’El Alto, dans la banlieue de La Paz.


Les trois fondateurs et une partie de leur équipe devant leur magasin parisien - DR


Parmi les points forts de la jeune griffe, elle revendique des prix accessibles : sneakers en toile à 65 euros, en cuir à 95 euros, sacs à dos à partir de 65 euros et pulls en alpaga royal à moins de 100 euros. Pour le moment, la jeune griffe se concentre sur la vente en direct afin de serrer au maximum ses marges. « Le wholesale ne permettrait pas ça. Or nous voulons être une marque accessible », souligne Nicolas Langlois d'Estaintot. Enfin, pour la petite histoire, Perús a financé une année d’école pour 200 enfants péruviens depuis sa création.

Le trio fondateur a plus d'un projet dans son sac à dos. De nouveaux produits sont en cours de développement : nouveaux modèles de sneakers ainsi que des pulls à motifs. Elle envisage aussi de produire une partie de produits dans un ou des pays plus proches géographiquement. Le Portugal fait ainsi partie des pays qui pourrait l’intéresser.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com