×
Publicités

Pietro Beccari, PDG de Dior : "Je me vois comme le capitaine d'un bateau"

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
22 juil. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Pietro Beccari, le PDG de Dior, a du pain sur la planche. La maison parisienne, après un mois de juillet particulièrement chargé, a présenté mercredi soir sa collection Croisière, dessinée par Maria Grazia Chiuri, la directrice créative de Dior, à Lecce dans les Pouilles.


Pietro Beccari



Le confinement à peine levé, Dior a enchaîné cinq événements majeurs au cours du mois de juillet, à commencer par le lancement de sa nouvelle collaboration sur une paire de sneakers avec Nike. Quelques jours plus tard, la maison a dévoilé sa collection de Haute Couture, par le biais d'un film surréaliste — acclamé et très commenté — commandé au célèbre réalisateur Matteo Garrone. Après avoir présenté sa collection masculine Printemps-Été 2021, Dior inaugurera vendredi la dernière édition de la tournée mondiale de son exposition triomphale Christian Dior, couturier du rêve, une version considérablement enrichie qui comprendra également des pièces de haute joaillerie. Au mois d'août, Dior lance en Chine une collection capsule exclusive intitulée "Dior Amour", qui combine prêt-à-porter et accessoires. 
 
Nous avons téléphoné au patron multilingue de Dior, qui nous a répondu depuis le jardin où la maison a installé les coulisses de son défilé, sur la Piazza del Duomo à Lecce, pour qu'il nous livre son expérience du confinement, et nous explique comment l'une des plus grandes marques de luxe du monde a su traverser la crise sanitaire.
 
 
FashionNetwork.com : Comment se déroule votre séjour dans les Pouilles ?

Pietro Beccari : Nous sommes ravis d'être à Lecce, où il fait bon en ce moment. C'est une ville magnifique en pierre blanche, très particulière. Avec les oliviers et le soleil d'aujourd'hui, c'est spectaculaire. Notre seul regret : ne pas avoir pu inviter nos amis. Je me souviens de notre incroyable défilé Croisière à Marrakech, l'an dernier. La seule chose qui nous manque ici, c'est vous.
 
FNW : À quel genre de présentation doit-on s'attendre ce soir ?

PB : C'est un défilé physique. Présentation numérique, mon oeil. Si je regarde autour de moi, je vois des centaines de personnes en train de s'affairer — des électriciens, des charpentiers, des membres de l'équipe de production du défilé, des mannequins, etc. Le maire de Lecce vient de nous dire : "Grâce à vous, beaucoup de familles ont pu manger". Et puis rien ne remplace l'excitation d'un événement en direct, l'agitation de la dernière minute. La tension est palpable. Ce que je trouve intéressant, c'est que l'événement de ce soir n'aura rien d'artificiel. Bien sûr, j'admire les présentations numériques. Mais le direct produit une émotion différente.

FNW : Vous prévoyez donc toujours un défilé en direct à Paris, lors de la prochaine saison de prêt-à-porter en septembre-octobre ?

PB : Oui. Évidemment, nous sommes navrés de tout ce qui s'est passé à cause de la pandémie de Covid-19. Mais nous voulons continuer à soutenir la ville de Paris, et nous sommes prêts à faire un défilé en direct. Mais ce seront le gouvernement et la Fédération qui auront le dernier mot. Nous respecterons leur décision.

 


FNW : Où avez-vous passé le confinement ?

PB : J'étais à Paris, dans mon bureau à 7 heures du matin, tous les jours sans exception. Je travaillais encore plus que jamais. Regardez tout ce que nous avons fait en juillet ! Je me vois comme le capitaine d'un bateau. Traditionnellement, le capitaine reste disponible, sur le pont pendant la tempête. J'avais nos bureaux asiatiques et chinois au téléphone tous les matins. Il y a une certaine valeur à cela. Et il faut réaliser que cette année encore, la Croisière est une vraie collection, avec 100 passages. Par ailleurs, nous prévoyons d'ouvrir plusieurs pop-ups en Chine. Nous sommes la seule maison à le faire. Notre stratégie : lancer beaucoup d'initiatives en juillet pour faire le maximum de bruit.

Vendredi à Shanghaï, nous inaugurons Christian Dior : couturier du rêve. L'exposition sera deux fois plus grande que celle que nous avons organisée au Victoria & Albert Museum à Londres. Vous savez, mon équipe à Paris a commencé à travailler à 3 heures du matin tous les jours pour appeler la Chine et montrer aux équipes sur place comment monter l'exposition à Shanghaï. C'est fou ! Mais c'est ce que nous devions faire pour que l'exposition soit parfaite. Et nous allons ouvrir 21 magasins éphémères en Chine, pour la ligne Dior Amour. Ces derniers mois, tous nos concurrents ont fermé des emplacements en Chine — de notre côté, nous avons donné pour instruction à notre branche chinoise de reprendre les bons emplacements abandonnés à cause de la crise. Nous sommes convaincus que c'est le bon moment de faire des affaires en Chine. La vérité, c'est que nous avons travaillé d'arrache-pied.


 


 
FNW : Le Mythe Dior, le film de Matteo Garrone, a été acclamé pour sa beauté surréaliste, mais critiqué sur les réseaux sociaux pour le manque de diversité de son casting. Quel est votre avis sur la question ? 

PB : Je ne veux pas m'engager dans ce débat. Mais je dirai ceci : personne ne peut reprocher à Maria Grazia sa sincérité dans la défense des minorités et des femmes en général, et ce tout au long de sa carrière. La liste est longue. Prenez son dernier défilé Croisière, organisé à Marrakech : il mettait à l'honneur de nombreux artistes africains, et la plupart des tenues étaient coupées dans du wax, ce coton ciré traditionnel. Le court métrage reflète une vision artistique, sans aucune arrière-pensée. Maria Grazia ne peut pas faire le même casting pour chaque projet. 

FNW : Comment se déroule l'exercice fiscal de Dior ?

PB : Eh bien, Monsieur Arnault [le président du groupe LVMH qui possède Dior, ndlr] s'adressera aux analystes le 27 juillet pour leur annoncer des résultats. Je ne peux donc divulguer aucun chiffre pour le moment.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com