×
Publicités

Pimkie externalise sa logistique, les syndicats inquiets

Publié le
11 déc. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Affrontant les difficultés depuis plus de deux ans, Pimkie vient d'annoncer à ses équipes lors d'un comité social et économique l'externalisation de sa logistique historiquement basée à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord de la France. Un projet prévu qui doit se concrétiser d'ici mi-2020 et implique le transfert de cette activité et des 90 salariés qui travaillaient sur ce site à la société Grimonprez, située elle à une dizaine de kilomètres sur la commune de Wattrelos.


Collection automne-hiver 19/20 - Pimkie

 
Plusieurs syndicats de l'enseigne de mode féminine ont fait part de leur inquiétude à la suite de cette annonce : "Ce n'était pas du tout prévu, les salariés sont dépités", a déclaré à l'AFP Valérie Pringuez, déléguée CGT, qui dénonce "une liquidation de la logistique". "Les salariés sont purement et simplement vendus à Grimonprez", a-t-elle déploré. "Ils ne seront plus salariés de Pimkie, ce qui change beaucoup de choses pour eux (...) Même s'ils gardent leur rémunération, il y aura des conséquences sociales, comme la perte des avantages de négociation, les tickets-restaurant ou l'acompte 13e mois", a-t-elle prévenu.
 
Pour Marie-Annick Merceur, déléguée CFDT, "la crainte concerne aussi le devenir des 40 personnes en restriction médicale (dont le poste est aménagé, Ndlr). Arriveront-elles à trouver leur place chez ce nouveau prestataire ?"

Pour justifier ce choix, la direction de l'enseigne évoque une stratégie de recentrage sur le cœur de métier de Pimkie et pointe la vétusté de l'entrepôt actuel, qui est d'ailleurs en cours de vente : "Nouer un partenariat avec Grimonprez nous permet d'être à la pointe de ce qui peut se faire en matière de logistique. Rénover l'existant aurait nécessité de lourds investissements, que l'on préfère dédier à la relance de la marque", expose une porte-parole à Fashionnetwork.com, aussurant en outre que les salariés garderont leur rémunération et leur ancienneté.

A l'international, l'entrepôt espagnol de Pimkie a lui été vendu et l'enseigne continue de l'exploiter par le biais d'un bail, qui a été signé pour un an. Le devenir du site allemand n'est lui pas encore précisé.

Cette décision intervient alors que Pimkie et ses 660 boutiques, évoluant au sein de la galaxie Mulliez, fait déjà l'objet depuis 2018 d'un plan de départ volontaire qui concerne 291 salariés sur 1900 et implique la fermeture de plusieurs dizaines de magasins. Cet automne, l'entreprise qui a généré 480 millions d'euros de ventes en 2018 a de nouveau changé de patron en accueillant Yann Hinsinger (ex-Bizzbee) à la direction générale.

(Avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com