×
Publicités
Publié le
20 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pimkie mise en vente par la famille Mulliez

Publié le
20 mai 2022

Depuis plusieurs semaines, les salariés de Pimkie étaient dans l’attente d’annonces concernant le futur de leur enseigne (appartenant au groupe FashionCube), après l’arrivée à sa tête en janvier d’un spécialiste du retournement d’entreprises, Philippe Favre. Ce dernier a annoncé le 19 mai aux représentants du personnel que la famille Mulliez, propriétaire de la marque en difficulté, a choisi d’identifier pour elle un nouveau propriétaire.


Pimkie


"La solution privilégiée actuellement par les actionnaires est de rechercher une solution actionnariale externe, pour laquelle ils se donnent plusieurs mois", précise à FashionNetwork.com le porte-parole de la direction de Pimkie.

La famille Mulliez pencherait pour cette option de cession en raison de l’investissement conséquent à mettre en place pour redresser l’entreprise, qu’elle ne souhaiterait donc pas assumer, évoque l’UNSA Pimkie. Le syndicat précise que le propriétaire de Pimkie entend la céder à un acteur qui s’engage à pérenniser et à relancer la marque, d’ici la fin d’année 2022.

Ayant compté plus de 600 adresses par le passé, la chaîne nordiste née en 1971 s’appuie aujourd’hui sur un parc de 313 points de vente, dont 81 sont pilotés par des affiliés. Elle emploie 1.500 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 194 millions d’euros durant l’année 2020, marquée par la pandémie de Covid-19.


Le magasin de Nancy - Centre commercial Saint Sébastien


En 2018, Pimkie avait déjà subi un épisode de restructuration, passant par la perte de plus de 200 emplois (via un plan de départs volontaires) et la fermeture de 37 magasins en France. Une mission déjà confiée à l’époque au cabinet Prosphères, auquel appartient Philippe Favre.

Ces deux dernières années, Pimkie a également réduit la voilure à l’export, fermant ses filiales belge, autrichienne et suisse, et basculant en franchise ses activités en Allemagne, en Espagne et au Portugal.

Ayant décidé l’an dernier de renouer avec sa cible historique, à savoir les jeunes femmes de 18 à 25 ans, la marque se heurte notamment aux évolutions de comportement des consommatrices, habituées des pure-players (comme le rouleau compresseur Shein) et de la seconde main.

Au sein de l’écosystème FashionCube (Jules, Grain de Malice, BZB, RougeGorge…), Pimkie a participé à des projets communs à ces enseignes, tels que le mégastore récemment ouvert à Tours, ou encore l’usine de denim mise en service cette année dans les Hauts-de-France. Si elle est vendue, comment se positionnera l’enseigne vis-à-vis de ces sujets fédérateurs?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com