×
Publicités
Publié le
26 mai 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pingki Houang quitte FashionCube pour Scalapay

Publié le
26 mai 2021

Il était l'un des dirigeants qui ont participé à poser les bases du projet FashionCube. Depuis 2017, l'ancien dirigeant de Stuart, Pixmania et Showroom Privé, également passé par la Fnac, était le directeur omnicanal de la structure qui a transformé le fonctionnement des marques mode et lingerie de la galaxie Mulliez (Jules, Brice, Bizbee, Pimkie, Orsay, Rouge Gorge, Grain de Malice).


Pingki Houang


Après avoir participé à une transformation en profondeur du géant français de la distribution textile mais aussi lancé le projet FashionData, une plateforme réunissant plusieurs enseignes de mode qui partagent les meilleures pratiques, savoir-faire et l'analyse des données, il rejoint la start-up Scalapay en tant que "general manager".

Une société qu'il conseille déjà depuis plusieurs mois et dont la spécificité est de proposer des solutions de paiement fractionné sans frais additionnels aussi bien en ligne qu'en boutique... Un acteur de l'omnicanalité fondé en Italie par Simone Mancini, l'actuel directeur général, et 
Johnny Mitrevski, le directeur technique, qui compte sur l'expertise de Pingki Houang. Celui-ci avait constaté le potentiel du paiement différé en 2020 lorsqu'il avait sélectionné la société Pledg pour Jules.

"Il va avoir pour mission d’accélérer le développement européen et d’asseoir la présence de Scalapay en France. Scalapay, qui vient tout juste d’annoncer son lancement officiel en France, parie donc sur l’Hexagone pour continuer son expansion européenne", explique la société dans un communiqué.

"Aujourd’hui, Pingki Houang met son expérience entrepreneuriale au profit de Scalapay, avec pour ambition d’établir Scalapay comme leader du phénomène BNPL (Buy Now, Pay Later, ou paiement différé, ndlr), un segment qui constitue l’avenir du paiement en ligne". La société met en avant un panier moyen nettement en hausse avec la mise en place de cette facilité de paiement, disponible jusqu'à 1.500 euros.

"Je suis ravi de rejoindre Scalapay à ce moment de son développement, impatient de relever ce nouveau challenge et d’accélérer le déploiement européen, commente Pingki Houang. J’ai été très impressionné par la capacité de Scalapay à établir des partenariats de qualité avec de grandes marques européennes de mode comme Liu Jo et Calzedonia mais aussi de belles marques françaises bien établies comme Balaboosté, Lollipops ou plus jeunes comme Monlook".

En Italie, la société a d'abord séduit Liu Jo et a donc un lien fort avec la mode. Elle annonce avoir été impliquée dans un volume d'affaires total de 21 millions d'euros durant sa première année.

A présent, l'entreprise revendique
des milliers de clients partenaires, et explique employer 90 personnes réparties entre la France, l’Italie, l’Allemagne, confiée à Matthias Trusheim, et l’Australie, où les fondateurs ont évolué avant de lancer Scalapay. Ces derniers ont l'objectif de tripler le nombre de collaborateurs d’ici un an. La levée de fonds de 41 millions d'euros réalisée en janvier dernier auprès de Fasanara Capital, Baleen Capital, et Ithaca Investments devrait les y aider.


 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com