Placemeter, un nouvel outil des stratégies retail

Mesurer le nombre de piétons passant devant les vitrines d’un magasin, analyser l’attractivité d’une zone commerciale ou d’une vitrine par l’analyse de flux vidéos, voilà l’idée de Placemeter, nouveau service dédié aux stratégies de développement retail.

En septembre 2014, la start-up, basée à New-York, réussissait à lever 6 millions de dollars (NEA, New Enterprise Associates et Qualcomm Ventures parmi les principaux investisseurs) pour mettre en application Placemeter.

A l’origine, deux Français, le premier, Alexandre Winter, ingénieur diplômé de Télécom Paris, expert en reconnaissance d’images, ancien chercheur à l’INRIA et premier à mettre au point Placemeter fin 2012, associé à Florent Peyre, ancien de Sciences-Po, collaborateur chez Hachette-Philipachi à New-York où il s’occupait du développement digital de la marque sur le mobile, avant de rejoindre Guilt City, version de Groupon, et CasaHop, site d’échange de maisons.



Leur idée : fournir aux boutiques ayant pignon sur rue, centres commerciaux, groupes immobiliers (ainsi qu’aux municipalités), des données précises sur la fréquentation et l’occupation de lieux en temps réel par l’analyse des passages clients devant telle adresse, leurs trajectoires à l’intérieur d'un espace ou le temps moyen passé devant telle partie d’une vitrine… autant d’informations pouvant optimiser les stratégies commerciales et de développement retail.

Concrètement, Placemeter propose d’utiliser les flux vidéos déjà existants  – caméras de sécurité des villes, caméras de mesure de trafic…- dont les accès sont aujourd’hui de plus en plus transparents et accessibles au grand public, en les exportant sur la plateforme Placemeter, et d’ajouter de nouveaux flux via la pose de capteurs collés sur les vitrines des magasins sollicitant le service, fournissant ainsi à ses clients de nouvelles données.

« Outre les données de vente basiques enregistrées par un magasin, et celles relatives aux flux d’entrées et de sorties qu’ont mises en place certaines enseignes, il manquait des analyses de données sur le nombre de personnes passant devant chaque boutique, explique Florent Peyre. Notre outil permet ainsi d’analyser la performance d’une vitrine, de comprendre le taux de conversion entre la rue et le magasin et d’adapter les stratégies d’un commerçant pour faire entrer davantage de clients en calculant davantage ses risques, notamment avant la signature d’un bail, et donc d’anticiper sur le chiffre d’affaires. Un système qui vaut aussi pour la localisation de pop-up stores par exemple."  

Côté libertés individuelles, la société se défend d’être totalement transparente, ne procédant à aucun enregistrement vidéo ni système de reconnaissance de visage, et d’être capable grâce à son système de capteurs de suivre un consommateur de façon anonyme, non seulement devant la vitrine, mais aussi à l’intérieur, les prochains développements portant sur l’analyse précise des profils de consommateur : différenciation enfant/adulte, clients équipés de poussette ou non…

Après une longue phase de développement technologique, l’offre, concrètement commercialisée depuis février dernier, enregistre pour le moment une cinquantaine de clients principalement localisés aux Etats-Unis dont G-Star Raw et APC pour la partie mode, Starbucks, Dylan’s Candy Bar, la chaîne de bonbons de Dylan Lauren (fille de Ralph Lauren), Kusmi Tea parmi les autres enseignes et également quelques groupes et agents immobiliers, les municipalités de New-York, de Boston et associations de quartier…

Deux formules, l’une à 99 dollars par mois (pour un abonnement sur 12 mois), l’autre à 149 dollars (sans abonnement) pour un point de mesure sont proposées, des frais supplémentaires étant ajoutés pour chaque nouveau point de mesure souhaité.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

DenimDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER