Pluie d'hommages pour Anita Roddick, la reine du capitalisme éthique

LONDRES, 11 sept 2007 (AFP) - La Grande-Bretagne a rendu hommage mardi 11 septembre à la créatrice de la chaîne britannique Body Shop, Anita Roddick, pionnière des cosmétiques respectueux de l'environnement et du commerce équitable, décédée lundi 10 au soir d'une hémorragie cérébrale.

Anita Roddick, 64 ans, était entourée de son mari et de ses deux filles lorsqu'elle est morte lundi à 18h30 (17h30 GMT) à l'hôpital de Chichester (sud de l'Angleterre). Elle avait été hospitalisée la veille pour de forts maux de tête.

"Femme incroyable" à l'énergie "phénoménale", Roddick était une "grande activiste" en matière de protection de l'environnement avec une passion "sans mesure" pour les droits de l'Homme, ont salué les responsables d'organisations soutenues par la Britannique.

"Elle était l'une des authentiques pionnières de ce pays", a souligné le Premier ministre Gordon Brown. Elle "restera dans les mémoires comme l'une des femmes d'affaires les plus couronnées de succès de Grande-Bretagne et comme un exemple pour les femmes de son pays cherchant à monter et à développer leur propre entreprise".

Cette "inspiratrice" a constitué un empire de plus de 2 000 boutiques dans cinquante pays, acheté 652 millions de livres (940 millions d'euros à l'époque) en 2006 par le géant mondial L'Oréal, alors qu'elle ne cherchait en 1976 qu'à nourrir sa famille.

Née Anita Lucia Perilli en 1942 à Littlehampton -station balnéaire du sud de l'Angleterre- et fille d'immigrés juifs italiens, elle voulait devenir actrice, mais s'est rabattue sur l'enseignement après avoir été refusée par une école d'art dramatique.

Néanmoins, en pleine euphorie des Sixties, l'envie d'aventures est plus forte que les cours d'anglais et d'histoire qu'elle dispense dans un collège de Littlehampton : Anita part silloner le monde pendant 18 mois et travaille notamment pour les Nations unies à Genève.

A son retour, sa mère lui présente Gordon Roddick, un Ecossais. Ils se marient en 1970 à Reno aux Etats-Unis et ont deux filles, Justine et Sam.

Après plusieurs expériences dans l'hôtellerie-restauration, elle ouvre le premier magasin "Body Shop" à Brighton (sud). Les murs sont peints en vert foncé pour masquer les taches d'humidité. Mais la couleur convient parfaitement aux produits vendus, élaborés selon les principes de développement durable, à base de composants naturels et sans expérimentation sur les animaux.

Les retraités apprécient de retrouver des produits de beauté à l'ancienne à base de cire d'abeille et de glycerine, les jeunes craquent pour les lotions nettoyantes au concombre et les exfoliants à la fraise. Son engagement écologique lui vaut le surnom de "Queen of green" -la Reine du vert-, et est précurseur d'un militantisme tous azimuts.

Mais en 2006, elle est accusée de succomber à "l'ennemi" en soutenant l'OPA amicale de L'Oréal qui fait des tests sur les animaux, valorisant ses 19 % à 117 millions de livres (168 millions d'euros).

En février dernier, elle a révélé souffrir d'une hépatite C contractée à l'issue d'une transfusion sanguine en 1971, mais diagnostiquée il y a seulement deux ans.

Sa maladie l'a aussitôt poussée à soutenir cette nouvelle cause, s'est souvenu Charles Gore, directeur général du Fonds pour l'hépatite C. "Ce qui était formidable avec Anita, c'est qu'elle prenait au sérieux toutes les causes qu'elle défendait mais que, elle, elle ne se prenait jamais au sérieux", a-t-il témoigné.

Sir Richard Branson, patron du groupe britannique Virgin, a rappelé que son amie "avait montré la voie, montré au monde que la réussite en affaires peut aller de pair avec la volonté d'améliorer le monde".

Par Elodie MAZEIN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

LingeriePeople
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER