×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
18 avr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Plusieurs dirigeants français lancent la Fédération de la mode circulaire

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
18 avr. 2022

Un groupe de jeunes dirigeants français expérimentés vient de lancer la Fédération de la mode circulaire, un projet novateur destiné à dynamiser le combat contre le réchauffement climatique causé par les industries de la mode et du luxe.


Photo : Fédération de la Mode Circulaire - DR


Le projet a été présenté jeudi dernier à La Caserne, à Paris. Cette ancienne caserne de pompiers, dans le nord de la capitale, a été réhabilitée en tant qu'espace partagé pour les jeunes designers et les start-ups des technologies de la mode.
 
"Nous devons diminuer notre empreinte carbone de 20 tonnes par an à deux tonnes par an. Par chance, nous n'avons jamais eu autant de technologies, d'argent et de talent entrepreneurial qu'actuellement. Donc je crois vraiment en l'économie circulaire", assène Stanislas de Quercize, à l'origine du projet. Il fait partie du conseil d'administration de SAVIH, un fonds d'investissement familial, et a également occupé la présidence de Richemont France et de Cartier Amérique du Nord.

Lors de la réunion de présentation, des poids lourds de l'industrie comme Kering, le Printemps, les Galeries Lafayette et Vestiaire Collective ont fait l'honneur de leur présence. Les étoiles montantes Marine Serre et Diane de Malherbe font partie des membres fondateurs de cette nouvelle fédération.


Photo : Fédération de la Mode Circulaire - DR



Stanislas de Quercize vient aussi de lancer une chaire d'économie circulaire à l'Essec, une école de commerce parmi les plus réputées de France, avec l'appui d'Essilor, L'Oréal et Bouygues. Le premier professeur annoncé est Pierre Émilie de Saint Esprit, le fondateur d'une start-up appelée Hello Zack, qui recycle, répare et revend des téléphones mobiles et des ordinateurs.
 
"Nous devons décarboner notre environnement. Nous le savons, mais nous ne savons pas encore comment procéder. C'est pourquoi nous avons créé cette chaire. L'Oréal, qui réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 30 millions d'euros, nous a fourni une équipe très humble, qui se demande tout simplement comment faire différemment et mieux qu'avant. Hier, nous avons eu les premiers retours des étudiants", ajoute-t-il.
 
Au cœur de la Fédération de la Mode Circulaire, gravitent de jeunes professionnels, entrepreneurs du luxe et de la mode, représentant la Start-Up Nation tant désirée par Emmanuel Macron. Des profils comme celui de Maxime Delavallée, l'un des trois fondateurs de CrushON, un site qui met en lien les sites de e-commerce de vintage professionnels pour permettre aux internautes de chiner sans quitter leur canapé.


Photo :Fédération de la Mode Circulaire - DR



"Environ 150 entreprises se sont déjà engagées à rejoindre ce formidable mouvement. Nous voulons unir toutes les facettes de l'économie circulaire : la production, le retail et la création. Nous voyons ce projet comme une plateforme collaborative destinée à faciliter la compréhension du recyclage et la conception de nouveaux projets", explique Maxime Delavallée, le président de la nouvelle fédération. 75 entreprises ont déjà réglé les 100 euros demandés pour faire partie du cercle des membres fondateurs.
 
Le deuxième objectif, explique-t-il, consiste à unir les petites et grandes entreprises de mode "qui ont besoin d'un système commun à tout le secteur, pour représenter les priorités stratégiques et trouver les meilleures solutions de régulation, afin de rendre la mode et l'économie circulaire plus transparentes."
 
Chez CrushON, Maxime Delavallée et ses collaborateurs ont développé une marketplace omnicanale pour la mode circulaire, mettant en lien les boutiques vintage, les fripes et même les prêteurs sur gage entre eux, puis avec les clients. Ils travaillent déjà avec 1,500 revendeurs professionnels, principalement en France (seuls 10% sont étrangers). CrushON s'est installé aux Galeries Lafayette et chez Westfield à Paris, avec des points de vente physique où le vintage s'expose et s'achète.


Photo : Fédération de la Mode Circulaire - DR


 
La nouvelle fédération prétend emporter l'adhésion de tous les principaux acteurs de l'industrie : marques, groupes, fournisseurs et distributeurs, afin de trouver des solutions communes.
 
"À notre époque, David et Goliath n'ont plus besoin de s'affronter. Regardez la pandémie de Covid: le Goliath Sanofi n'a pas trouvé de vaccin, et Moderna, dans le rôle de David, a immédiatement répondu ‘On s'en occupe !' et ils ont travaillé ensemble sur le développement du vaccin. C'est ce qui se produit déjà dans la mode vintage et d'occasion. Kering a investi dans Vestiaire Collective et Richemont dans Watchfinder. Nous sommes face à une immense opportunité d'opérer une transition d'un égo-système à un écosystème. Et la société pourra enfin passer d'une logique de consommation à une logique de transmission", conclut Stanislas de Quercize avec enthousiasme.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com