×
6 765
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Point Pays: L'Espagne

Publié le
today 8 avr. 2011
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

TEXTILE


CHIFFRES-CLÉS 2009 :
•Population : 46,6 millions d'habitants
•Emplois textile-habillement : 131 080 personnes
•Exportations françaises textile-habillement vers l’Espagne : 1,2 milliard d’euros •Importations françaises textile-habillement en provenance d’Espagne : 470 millions d’euros

UNE ÉCONOMIE ÉPROUVÉE PAR LA CRISE…

Les performances de l’économie espagnole ont commencé à se dégrader dès 2008. Coutumier de taux de croissance supérieurs à 3 % l’an, le PIB n’avait alors enregistré qu’une progression de 0,8 %. Depuis, l’éclatement d’une bulle immobilière basée sur un endettement important des ménages a entraîné des conséquences en chaîne. Le taux de chômage a explosé (il représentait 19,8 % de la population active en 2010), ainsi que le déficit public (11 % du PIB en 2009), alors que la consommation des ménages et l’investissement privé s’effondraient. Le plan d’austérité mis en place par le gouvernement Zapatero - qui se traduit par un gel des embauches dans la fonction publique, une hausse de la TVA de 16 à 18 %, un recul de l’âge de la retraite - devrait limiter les possibilités de redémarrage rapide de l’économie espagnole. Les analystes anticipent ainsi un léger repli du PIB pour 2010 (de l’ordre de - 0,3 %) après un recul prononcé en 2009 (- 3,7 %). Les scenarii les plus probables font état d’une faible reprise en 2011 et 2012 (de respectivement + 0,7 % et + 1,5 %).

…DONT LE SECTEUR TEXTILE A SOUFFERT

En termes conjoncturels, l’ensemble des marchés textiles qu’ils soient B to B ou B to C ont été fortement touchés par la crise. Les premiers, largement tributaires de l’activité dans la construction et les secteurs industriels, ont du faire face à la crise du logement et de filières importantes telles que l’automobile. La diminution de la consommation d’habillement sur la plupart des marchés mondiaux en 2009 a également contracté les débouchés dans les usages destinés à la mode. Enfin, les produits finis (textiles de maison) ont également été touchés du fait des difficultés que rencontrent un nombre croissant de ménages espagnols. Au total, la production industrielle de textiles s’est repliée de 21 % en 2009. Il faut par ailleurs relever que l’Espagne a de plus en plus tendance à se désengager de l’amont de la filière. La production nationale est en constante diminution depuis le début des années 2000 et son poids dans les échanges internationaux connaît également un recul progressif : elle représentait 1,7




HABILLEMENT


LES CHAÎNES REDESSINENT LE VISAGE DE L’INDUSTRIE ESPAGNOLE…

L’une des évolutions fondamentales qui touchent l’industrie espagnole de l’habillement est, à l’instar de nombreux pays européens, le déclin progressif de la part de marché des détaillants multimarques au profit des chaînes. Ces dernières ont pour la première fois en 2009 dépassé les indépendants et captent 27 % du marché de l’habillement. Les boutiques multimarques ont vu fondre leur part de marché, passant de 43 % en 1999 à 26 % en 2009. Ce mouvement de fond a eu de nombreuses conséquences pour les industriels qui ont été confrontés à une érosion de leurs débouchés traditionnels. Nombre d’entre eux ont disparu, ce qui explique la diminution régulière de la production espagnole d’habillement. D’autres se tournent de plus en plus vers la vente en factory outlet, qui rencontre un succès croissant du fait de la crise : la part de marché de ce format de distribution atteint 12 %, contre 5 % en 2005. Il est en effet clair que les chaînes d’habillement espagnoles ont relativement peu recours aux industriels locaux et privilégient un sourcing mixte entre pays du Pourtour méditerranéen et grand import asiatique. Par exemple, la production de Mango, externalisée à 100 %, se répartit essentiellement entre soustraitants chinois (pour 45 % des produits) et marocains (33 %) 1.

…ET S’IMPOSENT À L’INTERNATIONAL

Le poids croissant des chaînes, au premier rang desquelles figure le groupe Inditex, entraîne également un changement dans le rôle dévolu à l’Espagne dans le système mondial de la mode. Celle-ci s’affirme en effet de plus en plus comme une tête de réseau par laquelle transitent des quantités importantes de marchandises. C’est ce qui explique que malgré la diminution du parc des confectionneurs espagnols, les exportations du pays ne se sont jamais aussi bien portées : elles ont atteint un record historique en 2010, à 5,6 milliards d’euros (+ 9 % par rapport à 2009). Les débouchés des exportateurs espagnols sont encore essentiellement européens : les livraisons destinées à l’Union sont environ 3 fois plus importantes en valeur que celles destinées aux pays hors UE. En 2010, les marchés traditionnels de l’Espagne (France, Italie, Allemagne, Belgique) ont retrouvé de leur vigueur, tandis que les pays d’Europe centrale et orientale témoignent d’un appétit croissant pour les produits issus d’Espagne.

Nous remercions le Cityc, Acotex et Euratex.

1. Rodriguez-Donaire, Casi, Carbonell « Mango S.A : Reinventendo el sector de la moda », Universia Business Review, 2009-3.




FRANCK DELPAL

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com