×
Publicités
Publié le
12 oct. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pomm’Poire, la DNVB lingerie qui veut se muer en marque-enseigne

Publié le
12 oct. 2021

Développer son empreinte retail après avoir grandi en ligne est l’objectif affiché par Pomm’Poire pour ces prochaines années. Après une pause due à la crise, la DNVB lingerie née à Lille en 2012 a ouvert le 30 septembre dans le Nord sa quatrième boutique à l’enseigne, située dans le centre commercial de Noyelles-Godault. Un magasin de 55 mètres carrés opéré en propre, qui sera suivi d’une demi-douzaine d’ouvertures en 2022.


Le magasin tout juste ouvert à Noyelles-Godault - Pomm'Poire

 
Car la marque, qui a installé son premier point de vente à Tours en 2015, souhaite accélérer en succursale et via l’affiliation. Pour l’an prochain, deux nouvelles boutiques en propre sont planifiées, tandis que des contacts avancés ont été noués pour quatre implantations avec des partenaires. Le choix de ces derniers reste crucial. "Nous pourrions aller plus vite dans ce déploiement, mais il s’agit du rythme d’une entreprise autofinancée qui n’a pas d’emprunt, indique Alexandre Montaye, cofondateur de la marque. Et il faut être hyper-sélectif sur les emplacements et les affiliés: nous avons connu eu des expériences malheureuses ces dernières années, en raison d’une boutique mal placée, ou d’un partenaire pas assez compétent". Par exemple, la boutique affiliée située à Lillenium, ouverte à la rentrée 2020, a fermé en début d’année dans ce nouveau centre "dont le trafic n’a pas décollé en raison du Covid-19".

Pomm’Poire, qui cible des emplacements de 50 à 60 mètres carré sur des emplacements numéro un, veut se muer en marque-enseigne, et disposer d’un réseau assez étendu pour rentabiliser ses investissements en la matière, développer sa notoriété et séduire de nouvelles clientes. "Entre 80 et 90% des femmes ne peuvent pas acheter de lingerie sans essayer le produit auparavant: il faut que l’on s’adresse à elles !", poursuit le dirigeant, qui ambitionne de totaliser une quarantaine de boutiques d’ici cinq ans.


Dentelles et teinte vives au programme chez Pomm'Poire - DR


Cette offre de sous-vêtements milieu de gamme, qui cultive une image body positive et enjouée, est aussi distribuée dans quatre corners Galeries Lafayette (et bientôt dans deux autres adresses du grand magasin) ainsi que chez une centaine de revendeurs multimarques. "Notre modèle souple de commandes en temps réel est apprécié par les détaillants qui n’ont pas à s’engager trop à l’avance, et peuvent ainsi ajuster leurs achats en fonction de leur trésorerie", décrit le dirigeant, qui va lancer à la fin du moins un nouveau casting pour recruter les mannequins d'un jour qui mettront en valeur les modèles de la prochaine saison.

Les ventes de Pomm’Poire en wholesale ont augmenté de 35% depuis le début de l’année (comparé à 2020), tandis que l’activité retail (boutiques et corners) connaît une croissance de 20% sur la même période, et que les ventes e-commerce ont augmenté de 15%. Le chiffre d’affaires global espéré pour 2021 n’est pas dévoilé, mais le cap des 5 à 6 millions d’euros de ventes a été fixé pour 2023.

Pour l’aider à déployer son réseau, et son activité, l’entreprise réfléchit pour les années à venir à se rapprocher d’un partenaire retail ou d’un investisseur spécialisé dans ce domaine. "Nous sommes convaincus d’avoir notre place sur le marché de lingerie accessible où il y a finalement peu d’acteurs", conclut Alexandre Montaye.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com