×
Par
AFP
Publié le
13 sept. 2005
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Portrait intimiste de Christian Dior sur France 5

Par
AFP
Publié le
13 sept. 2005

PARIS (AFP) - "Christian Dior, le couturier et son double", de Philippe Lanfranchi, diffusé le 18 septembre sur France 5, brosse le portrait intimiste d'un homme qui a régné dix ans sur la couture parisienne et dont la personnalité est moins connue que le nom de la marque qu'il a initiée.


Christian Dior - Photo : AFP archives

Dans ce documentaire de 52 minutes diffusé à 09h20 à l'occasion de la célébration du centenaire de la naissance du couturier, Christian Dior apparaît comme un homme à la simplicité presque désarmante et à la discrétion érigée en règle de vie.

Le poids de son éducation, sa mère trop tôt disparue, la faillite de son père, ses débuts comme marchand de tableaux, rien au départ ne le prédestinait à la mode. Il rêvait d'être architecte et a fréquenté avant la guerre les artistes du tout-Paris.

En panne d'argent, il commence à dessiner des robes pour Le Figaro puis il entre au service des couturiers Robert Piguet et Lucien Lelong. En 1947, à l'âge de 42 ans, Christian Dior ouvre sa maison de couture.

Il révolutionne la mode parisienne dès la première collection avec sa fameuse robe corolle baptisée New Look par les Américains. Et pourtant, Dior a été inspiré en général par le 18e siècle, 1900 et la garde-robe de sa mère.

Suivront dix ans de triomphe. Le couturier meurt prématurément à 52 ans, alors qu'il était parti faire une cure en Italie.

Le documentaire faire revivre Christian Dior qui s'exprime à la première personne par la voix de Jacques Gamblin tandis que Fanny Ardant se fait l'interprète d'une de ses proches collaboratrices.

Images à l'appui, il parle de sa vie "qui n'a pas été calme", de sa détermination "de ne jamais vouloir travailler dans un bureau", de ses amitiés (quand il a été au fond du gouffre entre ruine et tuberculose, ses amis se sont cotisés pour lui payer des cures).

Lorsque la mode s'impose, il tourne le dos aux mondanités : "Il n'est pas de réussite sans tapage et le tapage m'importune", dit celui qui a préféré s'offrir avec l'argent des premières collections "une vraie maison rurale" plutôt qu'un "château ou une résidence secondaire pour Parisien en week-end".

Sa passion pour l'architecture, il l'exprimera dans la construction de ses robes qu'il appelait des "architectures éphémères destinées à embellir le corps de la femme".

La démonstration est apportée par Fabienne Falluel, conservatrice au musée Galliera à Paris, qui effeuille dans le film l'une de ses robes du soir signées Dior, conservées précieusement à plat dans un tiroir fermé.

D'autres témoignages ponctuent les nombreuses images d'archives qui retracent la vie de cet esthète, dont ceux de deux anciens collaborateurs devenus couturiers, Pierre Cardin et Jean-Louis Scherrer, de John Galliano, l'actuel directeur artistique de la maison, ou encore de Jean-Luc Dufresne, conservateur du musée Christian Dior à Granville (Manche).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.