×
Publicités

Pour Christine Lagarde (BCE), l'accord de relance européen propose "un bon équilibre"

Publié le
22 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’accord conclu à Bruxelles sur un fonds de relance européen doté de 750 milliards d’euros pour soutenir les économies les plus durement touchées par la pandémie liée au coronavirus qui s'il “aurait pu être meilleur” est au final "bien équilibré", avec une plus grande proportion de subventions par rapport aux prêts, a déclaré mercredi Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE).


Christine Lagarde présidente de la BCE - Capture d'écran du Washington Post



Au terme d’un sommet exceptionnel de plus de quatre jours, les dirigeants de l’Union européenne ont validé mardi un fonds de relance massif de 750 milliards d’euros réparti entre 390 milliards d’euros de subventions et 360 milliards d’euros de prêts.

“L'enveloppe totale qui a été validée est de 750 milliards d'euros, c'est juste pour le plan de récupération et de relance. A cela les Etats ajoutent ils ont discuté un budget à trois ans qui est d'un trillion d'euros. Je pense que ce qui est important c'est l'équilibre entre ce qui est donné en subventions, en particulier pour les pays qui en ont le plus besoin, et ce qui est emprunté et devra être remboursé par les pays en question. Au final c'est une bon équilibre. Cela aurait pu être mieux mais c’est en réalité un projet très ambitieux”, a déclaré Christine Lagarde au cours d’une interview diffusée en direct par le Washington Post.

La présidente de la Banque centrale européenne a également reprécisé les prévisions de la BCE sur une contraction de l'activité en Europe de 8,7% et un rebond en 2021 de 6,1%.
"C'est la base. Nous avons travaillé sur différents scénarios. Un scénario optimiste tablant sur -5% et un scénario plus sévère à -12%. Pour le moment les chiffres que nous avons pour le second trimestre nous conforte dans l'idée que notre postulat est probablement au bon niveau. Mais clairement les choses peuvent changer rapidement quand il manque de nombreux outils pour mesurer les évolutions économiques. Ce qui pourrait altérer notre prévision pourrait être une seconde vague massive, un reconfinement et toute secousse importante du point de vue géopolitique. Mais nos prévisions prennent cependant en comptes des secondes vagues minimes".



Avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com