×
7 078
Fashion Jobs

Pour l'été 2020, Acne Studios s'inspire des peintures d'August Strindberg

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 1 juil. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Loques merveilleuses, à moitié drapées sur les mannequins, la collection Acne présentée dimanche soir à Paris était un triomphe d'audace décalée et de décadence arty.


Acne - printemps-été 2020 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Inspirée par les peintures à l'huile d'August Strindberg, le célèbre dramaturge suédois - plus connu pour ses pièces que pour son oeuvre picturale, pourtant de bon niveau -, la collection exhalait le naturalisme tragique qu'on associe souvent avec la Suède, mais aussi le chic caractéristique des pays scandinaves.

Des Comanches branchées et des Sioux sensuelles arpentaient le podium à la Maison de la Radio, vêtues de tuniques en cuir usé, de jeans métallisés argent vieilli, de bottes de cow-boy équipées de matériel de randonnée high-tech, de costumes en vachette délavés avec finitions en point sellier, de redingotes en daim doré dégradé. Le tout porté avec des boucles d'oreilles en plumes, des lunettes d'aviateur et de robustes spartiates à boucles mexicanisantes.


Acne - printemps-été 2020 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


C'est la deuxième fois que Jonny Johansson, qui dirige le studio créatif d'Acne, s'inspire de l'oeuvre d'August Strindberg. En 2013, les portraits méconnus de l'auteur avaient servi de point de départ à la création d'une collection. 

« Je me suis rendu à une vente aux enchères récemment ; parmi les oeuvres en vente, un paysage de Strindberg. J'ai été frappé d'emblée par la puissance de ce tableau. Les gens ne le voient que comme un écrivain, mais Strindberg avait également une formidable vision en tant que peintre et j'ai souhaité l'injecter dans cette collection », explique Jonny Johansson dans les coulisses bondées après le défilé.

Cette saison, l'inspiration est venue des peintures naturalistes d'August Strindberg, peintes à un moment de remise en question de sa pratique d'écrivain. Avec l'accord de la Fondation Strindberg, Acne a imprimé certains de ses tableaux sur de remarquables petites robes asiatiques. 
 

Acne - printemps-été 2020 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Si l'on était trop pointilleux, on pourrait se demander pourquoi Acne, marque de prêt-à-porter haut de gamme, a choisi elle aussi de défiler pendant la saison de haute couture. Mais la collection était d'une telle qualité qu'Acne a amplement mérité sa place.

Argument pour : les mannequins défilaient avec l'assurance de jeunes femmes qui ont conscience de leur élégance et de leur originalité. Le clou du spectacle a été atteint quand la bande-son a diffusé la voix de Grace Slick, entonnant le célèbre titre « White Rabbit » de Jefferson Airplane.

On pourrait s'interroger sur ce défilé de prêt-à-porter qui envahit la couture parisienne. Mais pour rappel, August Strindberg lui-même a été jugé pour blasphème : il aurait probablement apprécié le toupet de la marque suédoise.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com