×
Publicités
Publié le
14 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Prada récupère son niveau pré-pandémie atteignant 3,36 milliards d’euros en 2021

Publié le
14 mars 2022

Prada termine 2021 en beauté. Le groupe de mode italien affiche un chiffre d’affaires de 3,366 milliards d’euros, en hausse de 41% à taux de change constant par rapport à 2020 et de 8% par rapport à l’année pré-pandémie 2019, soit beaucoup mieux que prévu puisque l'entreprise avait annoncé en cours d'année viser des revenus compris entre 2,9 et 3,1 milliards d’euros. Du premier au quatrième trimestre, la société milanaise a vu, en particulier, ses ventes au détail s’accélérer enregistrant respectivement tous les trois mois des hausses de +3%, +13%, +18% et +24%, avec une forte amélioration en termes de revenus et de marges au second semestre.


Un look du défilé Miu Miu à Paris - © PixelFormula


L’entreprise a dégagé l’an dernier un bénéfice net de 294 millions d’euros, soit 8,8% de son chiffre d’affaires total, contre une perte nette de 54 millions d'euros un an plus tôt entraînée par l’impact négatif de la pandémie du Covid-19. Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice net de 258 millions d'euros.

Le résultat opérationnel (Ebit) atteint 489 millions d’euros en hausse de près de 60% par rapport aux 307 millions d’euros de 2019. Prada a aussi enregistré une marge brute record de 75,7%, qui est montée jusqu’à 76,8% au deuxième semestre, grâce à des ventes à plein prix et à une montée en gamme réussie, ainsi qu’à une présence digitale renforcée. Ce qui amène la société à miser sur une marge brute de 78% pour 2022.

Ces résultats s’expliquent surtout par la performance des ventes au détail des différentes marques du groupe (Prada, Miu Miu, Car Shoe et Church's), qui ont bondi de 40% en 2021 par rapport à l’année précédente et grimpé de 15% par rapport à 2019. L’entreprise confirme plus que jamais son intention de maintenir la priorité sur sa distribution directe, poursuivant la rationalisation de son réseau de vente en gros.

Le réseau de vente direct, composé de 635 magasins en gestion propre, pèse désormais 88% sur le chiffre d’affaires total, auquel il a contribué à hauteur de 2,93 milliards d’euros. Le canal wholesale a vu ses ventes progresser de 41% sur 2020, à 386 millions d’euros, mais reculer de 19% par rapport à 2019. "Nous avons réalisé la plupart de notre plan de rationalisation, mais nous poursuivons sur cette ligne car nous avons besoin d’éliminer encore des situations critiques. Cette politique rendra nos ventes directes et en ligne encore plus efficientes", souligne le PDG Patrizio Bertelli lors d’une conférence avec les analystes.

Cette stratégie s’accompagne d’une montée en gamme et d’une accélération des ventes en ligne, comme en témoignent les résultats de 2021. L’e-commerce, qui représente aujourd’hui 7% des ventes totales du groupe Prada, a multiplié par cinq ses volumes de vente par rapport à 2019 et s’est envolé de 61% par rapport à 2020. Sur les 216 millions d’euros investis en 2021, contre 122 en 2020, 86 millions l’ont été dans la rénovation et la relocalisation de 120 boutiques et dans deux nouvelles ouvertures, 59 millions dans l’immobilier et 71 millions dans la technologie et la structure industrielle.


Les résultats des différents réseaux de ventes de la société - Prada Group


Du point de vue géographique, le groupe n’a toujours pas récupéré son niveau d’avant pandémie en Europe (-11% par rapport à 2019), ni au Japon (-17%). L’Asie-Pacifique demeure son premier marché à 1,19 milliard d'euros avec une part de 41% et des ventes, en hausse de 29% à taux de change constants sur un an et de 30% sur deux ans. Par rapport à 2019, elles ont bondi de 56% en Chine continentale, de 61% à Taïwan et de 90% en Corée.

Avec 26% des ventes totales, l’Europe constitue le deuxième débouché de la société, qui est cotée à la Bourse de Hong Kong et détient aussi l’enseigne de restauration Pasticceria Marchesi, avec des ventes augmentant de 35% sur 2020, suivi par les Amériques, pesant 20% de l’ensemble du chiffre d’affaires. Sur ce continent, les ventes ont explosé de 103% sur un an, et de 69% sur deux ans.

La marque phare du groupe, Prada, pilotée au style par Miuccia Prada et Raf Simons, représente 87% des ventes au détail du groupe. Elle a progressé de 44% en 2021 (+21% par rapport à 2019) atteignant un chiffre d’affaires retail de 2,53 milliards d’euros, tandis que la ligne jeune Miu Miu est en hausse de 20% sur un an, mais s'inscrit en recul de 7% sur deux ans, tout comme Church (+11% et -41% sur ces deux mêmes périodes).

Pour 2022, quelques nuages se profilent à l’horizon avec la recrudescence de cas de Covid en Chine et la guerre en Ukraine. L’entreprise italienne a confirmé qu’elle avait stoppé toutes ses activités en Russie, soulignant que le pays ne représente pas plus de 1,5 à 2% de ses ventes, même s’il "demeure un marché au grand potentiel". "Ces deux facteurs ne sont évidemment pas positifs", a commenté la directrice financière Alessandra Cozzani, en notant toutefois que le groupe a enregistré "de très hautes performances dans d'autres marchés, qui devraient permettre de dépasser les difficultés rencontrées en Chine et Russie".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com