×
5 350
Fashion Jobs
Par
Reuters API
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
2 déc. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Prada veut tirer son épingle du jeu de la seconde main à travers des partenariats

Par
Reuters API
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
2 déc. 2021

C’est au tour de Prada de se lancer sur le marché juteux de la seconde main. Le groupe italien va développer cette catégorie en interne et via des partenariats, d’après les informations données à Reuters par son directeur marketing et successeur désigné à la tête de l’entreprise, Lorenzo Bertelli.


Reuters


Le marché des biens de luxe d’occasion a explosé au cours des trois dernières années, grâce à un public plus jeune et plus sensible aux questions environnementales recherchant des marchandises haut de gamme à prix accessibles. Sa valeur devrait atteindre 33 milliards d’euros cette année, avec une croissance de 65% de 2017 à 2021, d’après le cabinet de consulting Bain. Le marché du luxe neuf, lui, est en croissance de 12% sur la même période.

Certains concurrents de Prada ont flairé plus tôt la bonne affaire: au cours de l’année, le conglomérat français Kering a pris une participation de 5% dans Vestiaire Collective, l’une des principales plateformes où dénicher des vêtements et des sacs à main d’occasion. L’année dernière, la maison-étoile de Kering, Gucci, avait aussi conclu un partenariat avec la plateforme de revente TheRealReal, basée aux États-Unis.

"La seconde main est une stratégie que nous étudions depuis plus d’un an", pointe Lorenzo Bertelli à Reuters. Le fils aîné des codirecteurs généraux de Prada, Patrizio Bertelli et Miuccia Prada, a d’ores et déjà été désigné pour prendre la succession de ses parents. Lors d’une interview pendant la conférence Reuters Next de mercredi dernier, il a déclaré : "Je ne peux pas en dire beaucoup plus pour l’instant, mais la seconde main est dans nos projets. Nous y voyons une opportunité."

"Cela pourra prendre la forme d’un partenariat avec un acteur du secteur ou d’un projet en interne, ou les deux, une sorte de solution hybride comme pour notre e-commerce", réfléchit-il. L’héritier de l’empire Prada, qui veut apparemment garder le groupe dans le giron de la famille et rester indépendant lorsqu’il en prendra la tête dans quelques années, ne semble pas effrayé par les défis futurs que le marché changeant du luxe continuera de présenter.

Une approche découlant de son expérience en tant que coureur de rallye: "Le rallye et le sport en général m’ont beaucoup appris. [Cela] vous apprend à ne jamais renoncer mais aussi à faire preuve de beaucoup d’humilité, dans le sens où l’on n’arrête jamais d’apprendre", explique-t-il. "Le sport est parfois cruel, quand on veut se comparer".

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.