×
Publicités
Publié le
11 oct. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Première Classe: une édition plus intimiste mais satisfaisante

Publié le
11 oct. 2021

Avec 18 mois de mise en l’arrêt en raison de la crise sanitaire, les salons Première Classe et Man/Woman renouaient du 1er au 4 octobre dernier avec le format physique (re)vibrant à l’unisson avec la Fashion Week parisienne. Sous une tente unique installée au sein du jardin des Tuileries à Paris, cette session de rentrée baptisée Turn Around comme la chanson de Bonnie Tyler a réuni 225 marques d’accessoires et de prêt-à-porter, dont 54% venues de l’international principalement d’Allemagne, d’Italie, du Brésil ou encore de Belgique, indiquent les organisateurs WSN. Une offre plus réduite, mais peut-être plus  "aiguisée", selon les mots de Sylvie Pourrat, directrice de l’offre de Première Classe.


A l'entrée du salon Première Classe - Kim Weber


"Cette session restait particulière. Nous avons commencé la commercialisation en juin et beaucoup de gens s'interrogeaient sur la possibilité de tenir cette session. En Allemagne par exemple, cela fait deux ans qu’ils n’ont pas de salon. Donc beaucoup de personnes ont fait l’impasse sur cette rentrée, mais nous, nous avons prouvé que nous tenons le cap. Et en janvier, je sais déjà que ce sera mieux", indique Frédéric Maus, directeur général de WSN Développement, qui organise le salon Première Classe.

Avec ses sacs ornés de marqueterie, à mi-chemin entre pièces d’art et maroquinerie, la marque franco-brésilienne Sy&Vie a visiblement su tirer son épingle du jeu. "J’ai participé à Première Classe il y a quelques années avec la marque de chaussures que j’avais à l’époque, donc même si je n’ai pas de réel point de comparaison je suis vraiment satisfaite de cette participation", explique Sylvie Quartara, la créatrice franco-brésilienne de la griffe, soulignant que durant cette session, elle a signé des points de vente en Italie et même aux États-Unis.

Selon les organisateurs, sur cette édition de reprise les internationaux auraient pesé de 35% à 40% du visitorat, la majorité venant toutefois de pays limitrophes. Les grands comptes internationaux étaient également présents, soit avec leur équipe, soit avec leur bureau d’achat dans la capitale durant cette Fashion Week. Une affirmation confirmée par l’équipe de la griffe de sacs et de ceintures Maison Boinet, qui participait notamment au salon pour retrouver sa clientèle internationale, surtout celle venue du Japon: son principal marché. Et si les clients Japonais ne sont pas encore revenus, leurs bureaux d’achats ont quant à eux répondu à l’appel. Plusieurs exposants indiquent toutefois que si le vendredi et le lundi ont été des jours dynamiques, le week-end s’est déroulé un peu trop calmement notamment à cause d’une météo capricieuse. 


Dans les allées de Première Classe - Kim Weber


La visite du salon était également ponctuée de bulles consacrées à la découverte créative, à l’image, dès l’entrée principale, des silhouettes des créations sélectionnées par Birimian, l’incubateur de mode premium et luxe d’héritage africain, et qui intégreront le programme d’accélération IFM-Birimian Accelerator x Africa, en partenariat avec l’Institut Français de la Mode.
 
"Cette édition nous a permis de tester beaucoup de choses. Nous avons mis sur pied ou consolider des partenariats avec le festival de Hyères, avec l’Andam ou avec Birimian sur la mode africaine. Nous avons lancé un prix de l’accessoire avec 41 participants. Et puis en termes de concept, la scénographie signée Romain Costa a été plébiscité et l’initiative d’un restaurant éphémère avec Maison Pépite est un succès", raconte Frédéric Maus.
 
La prochaine édition du salon Première Classe se tiendra du 4 au 7 mars 2022 et les jardins des Tuileries devraient voir éclore une deuxième tente avec au total 350 marques attendues, l’idée n’étant pas selon les organisateurs de retrouver "directement les 500 ou 600 marques du passé".

Mais avant la session attendue de mars 2022, c’est d’abord la porte de Versailles qui accueillera le salon Who’s Next en janvier. Une session qui verra son offre s’enrichir. En effet, en plus de l’offre responsable d’Impact, des solutions de services de Trafic et de Première Classe, la proposition sport et outdoor de certains exposants de Sport Achat (Sportair) s’installera également dans les allées de Who’s Next.

Quant à la prochaine session de Première Classe, Man/ Woman qui avait présenté quelques marques sur les deux dernières éditions, va retrouver le Pavillon Cambon, à côté de la place Vendôme. Avec le retour des visiteurs et exposants internationaux, le salon dirigé par Antoine Floch table sur un format présentant 70 à 80 marques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com