×
Publicités
Publié le
21 sept. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Première Vision: un presque retour à la normale

Publié le
21 sept. 2021

C’est sous un frais soleil de septembre que les professionnels du textile/habillement sont venus participer, pass sanitaire en main et visage masqué, pour le grand retour de Première Vision Paris au Parc des Expositions de Villepinte. En février 2020 s’y était tenue l’édition la plus récente, déjà alors marquée dans son offre et visitorat par les premières restrictions de voyage liées au Covid-19. Si septembre 2021 n’est pas un retour à la "normale" pour le salon, c’est néanmoins un grand pas vers celle-ci.


MG/FNW


Les premières heures du salon ont ainsi fait figure de retrouvailles avec le lieu, mais également entre confrères internationaux, bien contents d’échanger sans le truchement d’une caméra. Comme pour marquer l’événement dans les quatre halls occupés par le salon, l’organisateur s’essaie même à une décontraction inédite: un orchestre fait une irruption dans les allées, prodiguant à exposants et acheteurs des versions endiablées de standards français comme "Mon Amant de Saint-Jean" ou le "Poinçonneur des Lilas". Car, si cette édition est réduite de moitié, elle compte bien battre le rappel.

Ainsi, les quelque 750 exposants présents (auxquels s’ajoutent 150 exposants digitaux) font rapidement états d’échanges soutenus avec des acheteurs venant des principaux marchés d’Europe, mais également de façonniers de la zone Euromed, voire de quelques donneurs d’ordres venant d’Amérique du nord. La scénographie s’adapte quant à elle à une disposition inhabituelle (le Silmo occupant les halls 5 et 6 d’habitude exploités), les stands plus compacts que d’ordinaire permettant d’offrir des allées élargies. Et la mise en scène des espaces tendances, bien qu’elle-même rationalisée au vu du contexte, n’empêche pas une foule compacte de s’y presser.

"Nous étions un peu inquiets au départ, mais il y a au final beaucoup d’activité", se félicite Fatih Maranki, responsable Industrie de l’Aegean Exporters Association, venue à la tête d’une délégation de fabricants turcs. "On sent une impatience des acheteurs de pouvoir à nouveau accéder aux produits". Des tisseurs français aux fabricants italiens d’accessoires en passant par les tanneurs internationaux, l’énergie singulière dégagée en ce premier jour semble avoir emporté l’enthousiasme chez les professionnels rencontrés, qui espèrent désormais une reprise pleine et entière pour 2023. Un regret semble revenir: les conférences de cette édition sont cette fois 100% digitales. Une frustration pour certains participants, décidés à profiter des replays.

Le salon fermera ses portes le 23 septembre au soir. Mais son édition digitale, débutée lundi, se poursuivra elle sur la journée du vendredi, intégrant les offres de l’ensemble des participants digitaux de cette session de reprise.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com