×
5 687
Fashion Jobs
Publicités

Primark : résultats globaux mitigés mais progression en France

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 10 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En demi-teinte, le rapport d’activité publié lundi par Primark mêle bonnes et mauvaises nouvelles. Poids lourd du secteur de la "fast fashion", la chaîne continue de croître mais doit relever les défis du marché.


L’une des dernières boutiques ouvertes par Primark à Bluewater, dans le Kent (Royaume-Uni)


Les résultats annuels n’ont pas encore été publiés, mais Associated British Foods table d’ores et déjà sur des ventes en hausse de 4 % pour son département Retail (c’est-à-dire Primark) sur base rapportée et hors effets de change pour l’année entière. Voici pour les bonnes nouvelles.

En revanche, les ventes comparables devraient perdre environ 2 % en raison de l’augmentation de la surface de vente. Les ventes du quatrième trimestre financier ont apparemment été meilleures que celles des neuf mois précédents, grâce à de meilleures performances en comparable. Les ventes de la pré-collection automne/hiver 2019 « sont encourageantes », explique le groupe.

Encourageantes également, les « bonnes performances » de Primark au Royaume-Uni malgré les difficultés rencontrées par les chaînes de textile dans le pays. Les ventes comparables sont en baisse, certes, mais le déclin est loin d’être aussi brutal que chez certains concurrents.

« Nous continuons à gagner des parts de marché, avec une croissance de 3 % des ventes et une baisse de 1 % des ventes comparables », affirme la société. « Nous avons été encouragés par la réaction de nos clients à l’ouverture de notre boutique de Birmingham High Street, qui présente toute notre gamme de produits, ainsi que nos nouveaux services d’alimentation et de boissons et de beauté. »

Des résultats européens en dents de scie

Dans la zone Euro, la chaîne tire son épingle du jeu et les ventes annuelles devraient être en hausse d’environ 5 % par rapport à l’année dernière, hors effets de change. À noter : « des hausses des ventes particulièrement notables en Espagne, en France, en Italie et en Belgique ».

La contribution des nouvelles boutiques européennes a dépassé les attentes de l’enseigne. Mais les ventes comparables dans la zone Euro perdent néanmoins 3 %, avec une mauvaise performance de l’Allemagne, où la chaîne a maintenant « renforcé sa structure de direction et mis en œuvre un marketing spécifique ».

Essentiels en raison de leur potentiel de croissance pour l’avenir, les États-Unis « continuent d’afficher une belle croissance des ventes, notamment grâce aux excellents résultats de la boutique de Brooklyn ouverte l’été dernier et à la croissance comparable. »

Même si l’activité aux États-Unis est pour l’instant toujours déficitaire, la hausse des ventes de la marque et les coûts d’exploitation en baisse grâce à la réduction de l’espace de vente dans trois boutiques devraient « permettre de réduire largement les pertes d’exploitation aux États-Unis. »

La dixième boutique du pays ouvrira cet automne à American Dream, dans le New Jersey, avant celle de Sawgrass Mills en Floride, prévue au cours de l’année 2020. Des contrats ont également été signés en vue d’une ouverture à Chicago, sur State Street.

Des marges qui grandissent

Quelles sont les conséquences sur les marges ? La marge opérationnelle de 11,7 % du premier semestre a largement surpassé celle de l’an dernier (9,8 %) grâce au dollar plus faible, « à une meilleure stratégie d’achats et une gestion des stocks optimisée ».

Mais les marges du deuxième semestre vont accuser la reprise du dollar. « La gestion des stocks est toujours aussi minutieuse et nos chiffres au deuxième semestre devraient être aussi satisfaisants que ceux de l’an dernier », affirme la chaîne. « Nos prévisions de profits d’exploitation pour l’année entière sont inchangées, avec une marge en hausse d’une année sur l’autre ». Les effets de change vont « faire augmenter le prix des marchandises pour l’année prochaine. »

Comme mentionné auparavant, l’entreprise a vu sa surface de vente augmenter et va poursuivre cette stratégie au cours de l’année à venir avec près de 100 000 mètres carrés supplémentaires. La France et l’Espagne en seront les principales bénéficiaires, puisque la marque projette d’y ouvrir 19 nouvelles boutiques, ainsi que d’en déplacer et d’en agrandir certaines.

En France, des boutiques vont ouvrir à Paris Plaisir, Lens et Calais Cité Europe. En Italie, une est attendue à Milan Fiordaliso, tandis que trois espaces seront inaugurés en Espagne : Bilbao Gran Vía, Barcelona Plaza de Cataluña et Séville Lagoh. Aux Pays-Bas, une nouvelle boutique va voir le jour à Rotterdam Forum, et le Royaume-Uni se dotera d’une nouvelle surface à Trafford Centre. La première enseigne en Pologne ouvrira en 2020 à Varsovie et portera à 13 le nombre de pays d’implantation de Primark.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com