×
Publié le
18 juin 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Prime Day: les rabais pré-soldes d'Amazon font grincer des dents

Publié le
18 juin 2021

Les 21 et 22 juin, le site Amazon tiendra son très médiatisé évènement commercial "Prime Day". Un rendez-vous annuel qui offre aux abonnés Prime une foule de promotions. Avec cette fois une incitation préalable à acheter auprès de PME françaises présentes sur la plateforme. Le collectif "Sauvons nos commerçants", qui revendique représenter plus de 500.000 commerçants, dénonce-lui dans une tribune le "cynisme économique" du groupe américain, qui tient son événement juste avant les soldes.


Shutterstock



En choisissant de tenir ses Prime Day quelques jours avec le lancement des soldes, prévues le 30 juin, l'entreprise américaine "décide de court-circuiter les commerçants", indique le collectif dans le JDD du 13 juin. Où ils reprochent à Amazon de "briser ce moment (les soldes, ndlr) attendue par les commerces physiques pour écouler leurs stocks accumulés durant le confinement et refaire leur trésorerie".

Pour le porte-parole du collectif, Christian Baulme, président des Commerçants et Artisans des Métropoles de France (CAMF), Amazon ne peut en outre prétendre à un hasard de calendrier. Le représentant rappelle que les Prime Day se tiennent généralement dans la seconde moitié de juillet.

Le ministre délégué aux PME Alain Griset recevait le 15 juin les auteurs de la tribune. “Certes Amazon respecte les règles. La loi lui permet de faire ça. Mais Amazon bénéficie aussi d’un certain nombre de dispositifs, car il ne paie pas les mêmes impôts ou les mêmes charges qu’un commerce physique”, indique le ministre à FashionNetwork, à l’occasion de sa visite du salon VivaTech. “C’est donc sur ces questions d’équité qu’il va falloir travailler”. Pour le responsable, qui souligne que “l’économie libérale, ce n’est pas le Far West”, il ne s’agit pas de designer un “méchant loup”, mais de chercher comment être meilleur que lui.

Quelques heures plus tard sur ce même salon, Emmanuel Macron évoquait plus largement les Gafas (Google, Amazon, Facebook et Apple), jugeant légitime le questionnement sur le "démantèlement" de celles-ci. “Nous aurons à un moment cette question qui nous sera posée”, a prévenu le président français. Précisant même que cela se produira “plutôt tôt que tard”.

Des Prime Day bénéfiques pour les petites marques ?



A l'heure où Bercy renouvelle son ambition d'imposer les bénéfices d'Amazon, le groupe était apparemment conscient des réactions que ces Prime Day allaient déclencher. Surtout au sortir de longues phases de fermetures pour les commerces physiques, confrontés à d'épineux problèmes de stocks et trésoreries, tandis que les ventes en ligne de biens ont explosé. Amazon Fashion met donc en avant un dispositif spécifiquement destiné à encourager l'achat auprès de PME françaises présentes sur la marketplace.

Ainsi, du 7 au 20 juin, pour tout achat de 10 euros chez ces dernières, les clients du portail obtiennent un crédit de 10 euros destiné à être dépensé lors du Prime Day. "Soutenez les petits commerçants avec Amazon Fashion" se titre ainsi un communiqué d'Amazon Fashion. Qui souligne que "cette année, les membres de Prime Day pourront aussi soutenir et acheter les produits de petites et moyennes entreprises avec plus d'un million d'offres disponibles dans le monde entier sur ces marques".
 

Produits d'entreprises données en exemple par Amazon comme bénéficiaires potentiels de l'opération pré-Prime Day - Amazon Fashion France



"Prime Day offre aux petites entreprises et aux créateurs de mode l'occasion de commercialiser leurs produits auprès de millions de membres Prime dans le monde entier qui sont enthousiastes à l'idée de faire de bonnes affaires et de découvrir de nouvelles marques", pointe également le groupe.
 
Une approche qui s'inscrit parfaitement dans la dynamique de numérisation accélérée des commerces entamée depuis le premier confinement, notamment via les offres d'accompagnements réunis par les appels d'offres de Bercy. Reste que la démarche vertueuse au cœur de la communication d'Amazon France trouve une limite dans le silence dont le groupe est coutumier.

Contacté par FashionNetwork, Amazon Fashion France n'a pour l'heure pas pu fournir un ordre d'idée du nombre de ces PME qui pourraient ainsi profiter de l'opération pré-Prime Day. Ou le nombre de marques françaises participants au Prime Day lui-même. Ce qui laisse peu de chance de connaitre à terme l'impact de ces Prime Day sur les PME tricolores, y compris sur celles présentes sur la place de marché. Et ceci alors que la plateforme propose par ailleurs d' "économiser sur le marques Mode Amazon". Des marques propres qui étaient internationalement plus d'une centaine avant-crise (relire notre dossier dédié). Amazon Europe nous signale de son côté que plus de la moitié de ses ventes se fait au profit de vendeurs partenaires. Et nous indique que quelques 150 marques mode basée en Europe, de taille petites ou moyennes, ont rejoint la plateforme l'an passé.

Les accusations de “torpillage” des soldes par Amazon se heurte en outre à une autre réalité dont le pure-player peut difficilement être rendu responsable. A savoir la multiplication désormais systématique des promotions et autres ventes privilèges dans les semaines précédents les périodes de soldes. Un cycle largement induit par les enseignes physiques d’habillement elles-même. Et dont les représentants se prononçaient d’ailleurs pour un maintien des soldes à leurs dates initiales (à partir du 23 juin), voir pour une durée rallongée à six semaines au lieu de quatre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com