×
7 754
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Procter & Gamble : chiffre d'affaires et bénéfice trimestriels meilleurs que prévu

Publié le
today 31 juil. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Procter & Gamble a publié mardi un chiffre d’affaires et un bénéfice meilleurs que prévu pour la période avril-juin, en raison notamment de relèvements de prix lui ayant permis d’atteindre une croissance organique de ses ventes de 7 %.


Procter & Gamble dope sa croissance avec ses prix, le titre grimpe - @proctergamble


Le numéro un mondial des produits de grande consommation a pourtant inscrit une charge pour dépréciation de 8 milliards de dollars (7,2 milliards d’euros) sur Gillette, première marque au monde pour les articles de rasage.

Cette activité, l’une des plus internationales du groupe, qui l’a acquise pour 57 milliards de dollars en 2005, souffre essentiellement de fluctuations de taux de changes, d’une concurrence accrue depuis trois ans et de la mode de la barbe dans les pays développés.

« La valeur comptable initiale de Gillette a été établie il y a près de 14 ans en 2005 (...) De nouveaux concurrents sont arrivés avec des prix inférieurs à la moyenne des catégories de produits », a dit le directeur financier de P&G, Jon Moeller, lors d’une conférence téléphonique.

En raison de cette dépréciation, P&G a publié une perte nette de 5,24 milliards de dollars, soit 2,12 dollars par action, pour la période avril-juin, quatrième trimestre de son exercice 2019.

Hors exceptionnels, le groupe américain a réalisé un bénéfice par action de 1,10 dollar, cinq cents de plus que le consensus des analystes, sur un chiffre d’affaires en hausse de 3,6 %, à 17,09 milliards de dollars (consensus : 16,86 milliards).

Comme les autres groupes de grande consommation, P&G a relevé les prix de nombreux produits face à la hausse des coûts de transports et des prix des matières premières. Cet effet prix a contribué à hauteur de trois points de pourcentage à sa croissance organique.

« P&G a dépassé les attentes même les plus optimistes », a commenté Bonnie Herzog, analyste de Wells Fargo, selon laquelle cette croissance organique de 7 % est la plus forte depuis 13 ans pour P&G.

L’action prenait près de 4 % à plus de 120 dollars dans les premiers échanges à Wall Street, évoluant à des niveaux record.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.