×
6 664
Fashion Jobs
GROUPE CHANTELLE LINGERIE
Chef de Projet si H/F
CDI · CACHAN
KSI RETAIL
Responsable Adv - Bijoux Haut de Gamme
CDI · PARIS
KSI RETAIL
Directeur-Rice Wholesale - Bijoux Haut de Gamme
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Administrateur Systèmes Linux H/F - Basé en Vendée
CDI · LES SABLES-D'OLONNE
SHOWROOMPRIVE.COM
Technicien Support Applicatif - H/F
CDI · SAINT-DENIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Développeur Mobile Android H/F - Basé en Vendée
CDI · LES SABLES-D'OLONNE
SHOWROOMPRIVE.COM
Dba Sql Server H/F - Basé en Vendée
CDI · LES SABLES-D'OLONNE
SHOWROOMPRIVE.COM
Développeur Mobile Ios H/F - Basé en Vendée
CDI · LES SABLES-D'OLONNE
SHOWROOMPRIVE.COM
Directeur de Clientèle - H/F
CDI · SAINT-DENIS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Merchandising Amont H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Projet Pôle Concept Scénographie H/F
CDI · PARIS
LE COQ SPORTIF
Chef de Secteur Sportstyle H/F
CDI · LILLE
LE COQ SPORTIF
Chef de Secteur Sportstyle H/F
CDI · STRASBOURG
GALERIES LAFAYETTE
Manager de Vente H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Manager Vente H/F
CDI · PARIS
HADDAD BRANDS EUROPE
Assistant Directeur Retail & Grands Magasins Europe
CDI · SAINT-DENIS
KARA
Juriste Associate Manager en Droit Social Anglais Courant H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Contrôleur de Gestion Marketing H/F
CDI · PARIS
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Responsable Trade Marketing F/H
CDI · LES HERBIERS
ABSOLUT CASHMERE
Directeur Artistique/Styliste (H/F)
CDI · PARIS
SUD EXPRESS
Responsable Régional·e
CDI · PARIS
CALZEDONIA SIEGE
Responsable E-Commerce H/F - CDI - Paris
CDI · PARIS
Publicités
Par
Reuters
Publié le
23 janv. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Procter & Gamble revoit à la hausse ses prévisions pour 2017 après un solide trimestre

Par
Reuters
Publié le
23 janv. 2017

Les ventes trimestrielles dévoilées par Procter & Gamble ont été supérieures aux attentes, grâce notamment à ses divisions Beauté et Santé. C'est dans ce contexte que le groupe américain a révisé à la hausse ses prévisions de croissance organique des ventes pour l'ensemble de l'exercice 2017.

Le siège de Procter & Gamble - pg.com


Le groupe s'est dernièrement débarrassé de ses marques non profitables pour se concentrer sur les marques où sa position est la plus forte, comme Tide et Gillette. L'an dernier, un total de 41 marques ont quitté le portefeuille de P&G – dont Clairol et Covergirl – et ont été revendues à Coty pour 12,5 milliards de dollars (11,6 milliards d'euros).

Les ventes organiques, qui excluent l'effet des variations de taux de change et des activités de fusion-acquisition, ont progressé de 2 % alors que le mix produits et les prix restaient globalement stables.

La division Santé du groupe, qui commercialise notamment Oral-B et Vicks, a connu la meilleure performance, avec des ventes organiques en hausse de 7 %.

La division Beauté, qui comprend des marques comme Head & Shoulders ou encore Olay, a progressé de 3 %. Ces deux divisions représentent à elles seules 30 % des ventes du groupe.

P&G prévoit que ses ventes organiques progresseront de 2 à 3 % cette année, contre une prévision initiale de 2 % seulement. A titre de comparaison, la croissance organique du groupe n'a été que de 1 % en 2016.

Toutefois, les variations de taux de change ainsi que la vente de certains actifs viendront réduire les ventes consolidées du groupe à hauteur de 2 à 3 %, selon le groupe américain.

P&G s'est en effet engagé dans une stratégie de rationalisation de son portefeuille de marques, qui s'est notamment traduite par la vente de ses marques de produits de beauté à Coty. Une stratégie qui semble avoir été efficace, selon John Staszak, analyste chez Argus Research.

Le bénéfice de base par action, qui exclut en particulier les charges de restructuration, est ressorti à 1,08 dollar pour le deuxième trimestre clos au 31 décembre. Les analystes s'attendaient à un bénéfice de 1,06 dollar, selon Thomson Reuters.

Le résultat net part du groupe a atteint 7,88 milliards de dollars (7,33 milliards d'euros), ou 2,88 dollars par action, contre respectivement 3,21 milliards et 1,12 dollar par action un an auparavant. Il est vrai que le dernier trimestre comprenait un bénéfice lié à des activités abandonnées, y compris les marques cédées à Coty.

Les ventes nettes, à hauteur de 16,85 milliards de dollars (15,7 milliards d'euros), sont restées globalement stables et comprenaient un impact de 2 % des variations de taux de change. Le consensus du marché ne prévoyait pour sa part que 16,77 milliards de dollars de ventes.

A la clôture de jeudi dernier, l'action P&G progressait de 11,7 % sur 12 mois.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.