Puig prévoit un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros en 2017

L'entreprise de parfumerie et de mode Puig a réalisé un bénéfice de 177 millions d'euros en 2014, soit 0,8 % de plus qu'en 2013, et un chiffre d'affaires de 1,5 milliard, en hausse de 0,6 %, a annoncé le président de l'entreprise catalane, Marc Puig, qui s'est fixé pour objectif 2 milliards de recettes en 2017, soit une hausse de 33 %, avec un résultat opérationnel de 15 %, selon le plan stratégique 2015-2017.
 
Lors d'une conférence de presse au siège de la multinationale, il a expliqué que l’Espagne a renoué avec la croissance après les années de crise avec une progression de 6 %.


Nina Ricci. - Pixel Formula

Puig a également annoncé que ce mois d'avril, il a convenu d'acheter la licence de parfums Jean Paul Gaultier à Shiseido avec effet au 1 janvier 2016, ce qui suppose 10 % des ventes de la société, bien que le montant de l'acquisition, pus de 90 millions, et de l'intégration  représentera un « impact négatif » sur les résultats au cours des deux prochaines années, résultats également affectés par les investissements prévus dans toutes les marques de Puig afin de les promouvoir et ainsi générer les rendements habituels, environ 15 %, en 2017.
 
Comme facteur de croissance, Marc Puig a souligné le potentiel des acquisitions effectuées au début de cette année, la Britannique « Penhaligon's » et la Française « L'Artisan Parfumeur », spécialisées dans la parfumerie haut de gamme et différenciées des grandes chaînes, dont il prévoit d'étendre le réseau de boutiques dans le monde avec la première nouvelle ouverture prévue pour juillet au Rockfeller Center à New York.
 
Cela montre que l'entreprise catalane prévoit que sa croissance proviendra des marchés internationaux et émergents, ce qui supposera plus de personnel à l'étranger et dans les sièges de Barcelone et de Paris. En 2014, elle employait 4 192 personnes dans le monde, dont 1 600 en Espagne.
 
Dans cette lancée, elle a ouvert en mars une filiale en Arabie saoudite, après une négociation de presque trois années due aux caractéristiques particulières de ce marché, où les démarches sont lentes et où l'on doit séparer les espaces commerciaux pour les hommes et pour les femmes, a expliqué le directeur.
 
Actuellement, Puig vend ses produits dans 140 pays et possède des filiales dans 22.

Interrogé sur ses projets d'expansion et d'éventuelles acquisitions supplémentaires, il a souligné que ce n'est pas prévu, mais qu'ils resteront « proactifs et attentifs aux opportunités potentielles » et qu'un bilan assaini leur permet d'affronter des projets correspondant à leur capacité financière.
 
« Nous ne sommes pas obstinés et ne prendrons pas d'initiatives si nous ne nous sentons pas capables de créer de la valeur. Si des opportunités appropriées se présentent, nous les étudierons, sinon, nous continuerons notre travail », a-t-il ajouté.
 
Il a également exclu une cotation en bourse à moyen terme : « Je ne peux pas dire que je suis hostile à toute approche dans le futur, d'ici à 2017 ou 2020, on ne l'envisage pas ». Et il a réaffirmé sa volonté de rester une entreprise familiale.
 
Puig détient actuellement une part de marché dans la parfumerie de luxe, légèrement supérieure aux 8,6 % de 2013, et maintient son objectif d'atteindre 12 % en 2020 pour se situer parmi les trois premiers mondiaux.
ParfumsBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER