Puma enregistre une croissance de 22 % sur l'Europe

Le retournement est impressionnant. Au terme de son exercice 2013, Puma voyait son chiffre d'affaires tomber sous la barre des 3 milliards d'euros avec des reculs saisissants de ses ventes de chaussures combinés à des pertes conséquentes. Presque quatre ans plus tard, après seulement neuf mois d'activité, le groupe allemand a déjà atteint les 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires et son résultat net, qui a doublé par rapport à l'an passé, se monte à 133,6 millions d'euros.


Le modèle Ignite porté par The Weekend : l'alliance des égéries et des modèles clés porte ses fruits au niveau des ventes. - Puma

La marque de sport et lifestyle du groupe Kering connaît actuellement une croissance impressionnante. Elle a d'ailleurs revu à la hausse, la semaine dernière, ses prévisions annuelles pour son exercice 2017. Son troisième trimestre, clos fin septembre, affiche de belles performances. Par rapport à l'an dernier, ses ventes ont progressé de 13,3 % (17,4 % à taux de change constant) pour atteindre 1,13 milliard d'euros. Sa marge brute s'est améliorée pour passer de 45,8 % à 48,1 % et son résultat opérationnel, malgré des hausses d'investissements de 11,4 % pour soutenir ses initiatives marketing, commerciales et retail, a bondi de 60,3 à 101,2 millions d'euros.

Une croissance globale ? Oui. Hors effets de change, les trois régions clés du groupe progressent à deux chiffres. Mais dans les comptes, Puma profite surtout de la belle dynamique européenne. Sur le Vieux Continent, le félin enregistre des ventes en hausse de 22 % (22,7 % à taux de change constant) à 498 millions d'euros. La zone Amérique progresse de 9,8 % (15,6 % à taux de change constant) à près de 377 millions, et la zone Asie-Pacifique de 3,4 % (10,2 % à taux de change constant).

Il y a quatre ans, lorsque la marque était au pied du mur, les ventes de chaussures griffées Puma encaissaient des reculs de 20 %. Aujourd'hui, cette catégorie de produits pèse pour près de la moitié des ventes et affiche une croissance de 18,9 % (+23,2 % à taux de change constant) à 545 millions d'euros, notamment grâce aux modèles Platform, Suede, Basket Heart, Fierce et Ignite Limitless. Le vêtement progresse de 3,8 % (+7,8 % à taux de change constant), tandis que les accessoires connaissent la percée la plus forte avec des ventes qui s'améliorent de 19,9 % (23,9% à taux de change constant), à près de 185 millions d'euros.

Un bilan positif que Björn Gulden, le directeur général de Puma, enrichit en se projetant sur la fin d'année : « Grâce à une marge brute meilleure que prévue, et à notre discipline stricte en matière de coûts, nous avons réussi à dégager un résultat opérationnel très positif et supérieur aux attentes. Cette évolution au troisième trimestre, conjuguée à un solide carnet de commandes pour le quatrième trimestre, nous a permis de relever nos prévisions annuelles. Nous tablons désormais sur une progression du chiffre d'affaires - à taux de change comparable - comprise entre 14 % et 16 % et un résultat d'exploitation (EBIT) entre 235 et 245 millions d'euros ».


Le modèle Heart, l'un des succès de la saison pour Puma - Puma

Il faut dire que le groupe allemand récolte les bénéfices de sa stratégie de lancement de lignes avec des égéries de la scène musicale internationale comme Rihanna, The Weeknd (dont la prochaine collection sera disponible le 26 octobre) et prochainement Selena Gomez, tout en poursuivant par ailleurs ses collaborations avec des créateurs pointus comme Han Kjobenhavn ou bientôt Gunner Stahl.

L'expansion de son parc de magasins apparaît en outre comme l'un des axes de développement fort. L'équipementier sportif glisse ainsi que ses ventes retail ont progressé de 22 % à 673 millions d'euros sur neuf mois, notamment grâce à l'ouverture de nouveaux magasins en Asie. La part du retail est à présent de 21,7 %, contre 20,6 % un an plus tôt. Une avancée pour Puma sur le terrain de la vente directe, mais le félin reste encore en retrait par rapport à son grand voisin au chiffre d'affaires qui devrait passer la barre des 20 milliards d'euros cette année. Adidas affiche une part de ventes retail au-delà des 25% et a annoncé viser les 60% pour 2020 avec ses investissements dans ses espaces physiques et dans l'e-commerce.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - ChaussuresSportBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER