×
Publicités
Par
AFP
Publié le
16 janv. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Quand la lingerie essaie de se mettre au vert

Par
AFP
Publié le
16 janv. 2020

Paris, 16 jan 2020 (AFP) - Sous la boutique chic de la rue du Jour à Paris, l'atelier semble bien exigu : Paloma Casile fignole les soutiens-gorges à quelques jours du salon international de la lingerie, où elle sera présente pour promouvoir une démarche éco-responsable.


Modèle Paloma Casile


C'est au sous-sol de son magasin que la créatrice dessine des pièces délicates en dentelle, parfois agrémentées de lurex. La découpe est dite intelligente : les chutes de tissus sont réutilisées ou, quand ce n'est pas possible, données, à des lycées techniques notamment. "J'ai toujours eu une démarche où l'on faisait attention quand on coupait : j'ai travaillé dans des usines, j'y ai vu le gâchis", souligne Paloma Casile, 30 ans, qui va lancer une deuxième ligne, cette fois-ci fabriquée au Maroc.

La créatrice, qui a lancé sa marque en 2012, choisit des fournisseurs basés principalement en France, et elle a normalisé sa production pour limiter les pertes. Ainsi, toutes les boucleries des soutien-gorges sont identiques, quelle que soit la collection.

"Elles sont en zamak, qui utilise deux fois moins d'eau que n'importe quel autre métal", précise Paloma Casile, qui a choisi un nombre limité de coloris en teintures certifiées Oeko-tex (sans produits toxiques pour l'environnement, ndlr). En outre, elle s'engage à réparer les pièces durant quatre ans. "Oui, c'est pour fidéliser, mais c'est aussi dans l'optique de ne pas jeter", relève-t-elle.

Paloma Casile n'est pas la seule à se positionner sur ce segment: à l'heure où l'impact environnemental de l'industrie du textile est de plus en plus décrié, la lingerie cherche elle aussi à se mettre au vert.

Si les professionnels ont des difficultés à évaluer la proportion de sous-vêtements "eco-friendly", la tendance est bien présente chez les jeunes entrepreneurs qui se lancent, même si cela reste une part minoritaire d'un marché représentant 2,4 milliards d'euros en 2019 en France.

"En tant que consommatrice, je ne trouvais pas de marque qui propose à la fois des ensembles sexy et qui soit complètement responsable sur l'ensemble de la chaîne de production", raconte Margot Dargegen, 25 ans, qui a fondé la marque Nénés Paris il y a un an et propose de la lingerie en dentelle recyclée. "Des chutes de tissus et des bouteilles de plastique sont broyées et remises à l'état de fibre, puis fondues en un fil, et à partir de cela on peut retisser la matière que l'on veut", explique-t-elle.


Modèle Nénés Paris


"Quand on a commencé, trouver des matières éco-responsables était plus difficile, mais maintenant on voit qu'il y a des choses qui bougent", commente pour sa part Mathilde de Sacy, 28 ans, qui a fondé la marque Olly avec une amie il y a trois ans.

"On utilise des matières certifiées: du coton biologique certifié GOTS, de la dentelle en fibre recyclée et des teintures Oeko-Tex 100. Et on voulait que ce soit fabriqué en Europe pour s'assurer des conditions de travail", détaille-t-elle.

"Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à cela", reconnaît Cécile Vivier-Guérin, directrice du marketing du rendez-vous textile Interfilière, qui se tient aux côtés duSalon international de la lingerie à Paris de samedi à lundi. Cécile Vivier-Guérin note en particulier une offre de plus en plus large de tissus respectueux de l'environnement de la part des fournisseurs.

Et ces derniers rivalisent d'inventivité, du classique coton recyclé au satin recyclé en passant par les coques de soutien-gorges à base de fibres de café. Une marque suisse propose même une ligne entièrement biodégradable.


Modèle Olly


"Cela pousse les consommateurs à consommer des produits de meilleure qualité, avec des circuits plus courts, et plus coûteux, qui font grimper le marché en part de valeur. C'est un nouveau relais pour la lingerie qui n'est pas à négliger", souligne Cécile Vivier-Guérin, dans un secteur globalement atone.

De grandes chaînes se mettent d'ailleurs sur le créneau, comme Etam, qui a lancé une collection en dentelle recyclée. "Tout le monde a compris que c'est un enjeu important et que les consommateurs attendent cela", commente Gildas Minvielle, directeur de l'Observatoire économique de l'Institut français de la mode.

Et ce, même si "le 100% écologique est difficilement atteignable", reconnaît Paloma Casile, qui espère aussi que les marques iront au-delà d'une démarche purement marketing sur l'environnement.


Par Marie-Morgane LE MOEL

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.