×
Publicités
Publié le
21 mai 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ralph Lauren reste prudent sur ses prévisions malgré des signaux positifs

Publié le
21 mai 2021

Alors qu'il vient d'annoncer la vente de sa marque Club Monaco à la société d'investissement américaine Regent, le groupe groupe Ralph Lauren a présenté jeudi ses résultats trimestriels et annuels.


Ralph Lauren mise sur ses silhouettes iconiques - collection SS21 - Ralph Lauren


Au quatrième trimestre, le chiffre d'affaires de la société a augmenté d'environ 1% ( -3% à taux de change constant) pour atteindre 1,29 milliard de dollars (1,06 milliard d'euros), porté par des ventes e-commerce en hausse de 52%. Il a dépassé les attentes pour la première fois en quatre trimestres, mais les ventes en Amérique du Nord ont diminué de 10% à 569 millions de dollars, ce qui est plus important que prévu. Les ventes en Asie ont en revanche décollé de 35% (+28% à taux de change constant) à 289 millions de dollars.

En Europe, les ventes progressent de 5% dans les comptes (-4% à taux de change constant) par rapport à l'an dernier, à 370 millions de dollars. "Les ventes au détail en Europe ont baissé de 45%, avec un déclin de 65 % dans les magasins physiques, partiellement compensé par l'accélération continue de notre propre commerce numérique, en hausse de 79%", a expliqué dans un entretien avec les analystes financiers, Jane Nielsen, directrice financière de la société.

"Plus de la moitié de nos magasins ont été entièrement fermés au cours du trimestre, comme au printemps dernier. Néanmoins, nous avons été en mesure d'obtenir des performances nettement meilleures par rapport à notre fermeture du premier trimestre, la forte dynamique du commerce numérique ayant contribué à compenser les vents contraires de la vente au détail. Environ 80% de nos magasins dans la région sont désormais entièrement ouverts, contre un peu plus de 50% à la fin du quatrième trimestre."

La dirigeante a par ailleurs souligné la performance de ses partenaires revendeurs, dont les ventes ont progressé de 29%: "Les défis liés au Covid pour les revendeurs physiques ont été plus que compensés par la performance des grands comptes numériques. Les performances de la vente en gros de ce trimestre ont largement dépassé nos attentes, (...) soulignant à la fois la force de nos partenariats et la réussite de notre pivot vers le numérique sur le marché. Et alors que les restrictions continuent de faire pression sur bon nombre de nos marchés européens clés au cours de l'exercice 2022, nous sommes encouragés par le fait que le Royaume-Uni, notre plus grand marché dans la région, est sorti des confinements à la mi-avril et montre les premiers signes d'une demande de consommation qui était jusque-là contrariée".

Sur l'ensemble de l'exercice fiscal 2021, le groupe dirigé par Patrice Louvet a accusé un repli de 29% de ses ventes (-30% à taux de change constant) à 4,4 milliards de dollars, dont 1,2 milliard réalisé en Europe.


Le groupe constate un regain d'intérêt pour les pièces plus élaborées - Ralph Lauren



Jeudi, le dirigeant du groupe Ralph Lauren a par ailleurs prévu une croissance de son chiffre d'affaires pour l'ensemble de son exercice 2022 inférieure aux estimations des analystes, alors que le fabricant de vêtements reste prudent face aux nouveaux confinements, aux fermetures de magasins et aux restrictions sur certains de ses marchés en raison d'une nouvelle vague de cas de virus. Son cours de Bourse a connu un repli de 8% suite à cette annonce.

Le chiffre d'affaires du premier trimestre devrait augmenter d'environ 140 à 150%, mais la société a prévenu qu'elle risquait d'être affectée par les fermetures et autres restrictions.

Pour l'exercice 2022, Ralph Lauren table sur une augmentation du chiffre d'affaires d'environ 20 à 25% à taux de change constant. Les analystes s'attendaient à une hausse de 31,1%, selon Refinitiv. Sa marge opérationnelle devrait, elle, être de 11%, et ses dépenses d'investissements se situer entre 250 et 275 millions de dollars.

Une prévision qualifiée d'"ultraconservatrice" par l'analyste de Crédit Suisse Michael Binetti. Ralph Lauren a également déclaré qu'il s'attendait à une augmentation significative des frais de transport et à des pressions sur la chaîne d'approvisionnement mondiale, en particulier au premier trimestre. Plusieurs détaillants, allant de l'alimentation emballée à l'habillement, sont confrontés à la hausse des coûts de la main-d'œuvre, des matières premières et du fret.

"Nous n'en avons pas complètement fini avec le Covid, comme le montre ce qui se passe au Japon, dans certaines parties de l'Europe et dans d'autres parties de l'Asie", a déclaré le directeur général Patrice Louvet aux analystes. Pour autant, le Français a présenté les points qui doivent permettre selon lui à la marque de sortir par le haut de cette période.

"Conformément aux cinq piliers de notre plan Next Great Chapter, nous prévoyons que la croissance du chiffre d'affaires au cours de l'année prochaine sera alimentée par une combinaison de facteurs: la poursuite de l'expansion du numérique, qui représente maintenant plus de 25% de nos ventes totales; l'expansion de nos écosystèmes dans les villes clés, avec en tête des marchés à croissance rapide comme la Chine, en plus de zones sous-pénétrées en Amérique du Nord et en Europe; l'accélération des investissements en marketing, y compris le ciblage et la personnalisation pour l'acquisition de nouveaux consommateurs; et la poursuite de la montée en gamme de notre marque à travers notre distribution et nos assortiments de produits". Une stratégie qui doit améliorer la rentabilité au mètre carré des magasins du groupe et attirer de nouveaux clients. Selon le dirigeant, elle a déjà permis d'attirer quelque quatre millions de nouveaux acheteurs, plus jeunes et ayant un panier moyen plus important.

Patrice Louvet estime ainsi que si les contrecoups de la pandémie du Covid-19 sont encore présents, le rebond est amorcé avec "un nouveau cycle de mode post-pandémique". Le dirigeant explique observer une "forte performance à prix plein de nos collections du printemps 2021. Nos consommateurs commencent à revenir à la nouveauté, à la couleur et aux styles pour lesquels nous sommes les plus connus. En Amérique du Nord, sur le prêt-à-porter féminin il s'oriente de nouveau vers des produits plus élaborés, vers plus de mode, plus de couleurs. Nous voyons les femmes acheter plus de robes de soirée. Nous les voyons acheter plus de blazers. Nous les voyons acheter plus de pulls fantaisie. Nous sommes très bien positionnés dans ces catégories. Donc pour nous, cela se traduit par une accélération de la performance". Une dynamique que le groupe espère voir se développer en Europe avec la levée progressive des confinements.

Avec Reuters
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com