Réchauffement climatique : les fonds américains réduisent leur participation dans l'habillement

Les commerçants se sont pendant longtemps appuyés sur les ventes de vêtements d'hiver, à forte marge. Mais la saison devenant à chaque fois plus courte et plus chaude, les gérants de fonds américains – convaincus des effets du changement climatique – réduisent leur participation dans les entreprises de vêtements et les grands magasins.


La marque Ugg va adapter ses modèles au changement climatique - UGG

« Ils doivent absolument reconnaître le changement climatique et la nécessité de changer leur manière de gérer leurs activités », a ainsi déclaré Larry Haverty, gérant de fonds chez Gabelli. Ce dernier a vendu la majeure partie de ses participations dans les entreprises de détail en raison des changements climatiques observés au cours de la dernière décennie.

Les longues chaînes d'approvisionnement du secteur expliquent en partie pourquoi les entreprises de vêtements et les grands magasins connaissent des difficultés pour s'adapter à des hivers plus doux, selon Larry Haverty. Le secteur est aussi convaincu que les acheteurs veulent des manteaux d'hiver – lesquels ont des marges de l'ordre de 40 % – dès le début du mois d'octobre, alors que le climat est encore doux.

L'hiver 2015-16 a été le plus chaud jamais enregistré, ce qui a convaincu de nombreux gérants de fonds de vendre leurs actions dans le secteur de l'habillement. Environ 48 % des fonds gérés activement n'ont plus aucune participation dans les entreprises de vêtements, contre 38 % l'an dernier, selon les informations de Morningstar.

Cette saison pourrait aussi se révéler difficile pour les fabricants de vêtements. La température moyenne pour le mois d'octobre, qui marque le début de la saison d'hiver, a été de 14,5 degrés. Il s'agit du 3e mois d'octobre le plus chaud jamais enregistré, et du plus chaud depuis 1963. La température moyenne du mois d'octobre a progressé de 0,6 degré par décennie au cours des 30 dernières années.

La douceur des températures à la fin du mois de novembre a contribué à la baisse de 2 % du cours des actions des entreprises de détail du S&P 500 au cours des cinq dernières séances, alors que le marché était globalement stable. Express Inc. a notamment indiqué que la douceur du climat avait impacté ses ventes et ses marges au cours du dernier trimestre, et son action a chuté de 21 %.

Arun Daniel, gérant de portefeuille chez J.O. Hambro Capital Management, a déclaré qu'il avait réduit ses participations dans les entreprises de vêtements car la période de vente des vêtements chauds se raccourcit chaque année un peu plus. Selon lui, pour les entreprises spécialisées dans les vêtements d'extérieur, comme Columbia et Burlington Stores, « il y a un prix qui devra être payé ».

Certaines entreprises commencent à proposer une plus grande proportion d'articles prévus pour un climat plus doux. Le fabricant des bottes Ugg a ainsi déclaré qu'il allait développer son offre de modèles qui ne sont pas fabriqués en peau.

Chris Terry, un gérant de portefeuille chez Hodges Funds, a déclaré qu'il se concentre sur les entreprises qui sont moins dépendantes vis-à-vis des vêtements d'hiver. Il a ainsi profité de la baisse de l'action d'American Eagle Outfitter pour renforcer sa position dans l'entreprise, convaincu de son attrait à long terme.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER