×
Publicités
Publié le
17 nov. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Reportage: dans les coulisses du nouvel entrepôt mécanisé de Courir

Publié le
17 nov. 2022

Grimper de 600 millions d'euros de ventes en 2022 jusqu'au milliard d'euros à horizon 2026 est le défi ambitieux que s'est fixé Courir, profitant de l'essor du marché des sneakers, qui a progressé de 5% en moyenne chaque année depuis trois ans (pour atteindre 3 milliards d'euros en France). Et c'est dans le village de Montierchaume, à proximité de Châteauroux (Indre), que s'organise l'avenir de l'enseigne de sneakers, reprise par le fonds européen Equistone au groupe Rallye (Casino) en 2019. Il ne s'agit pas de l'emplacement de son siège social, qui est lui basé à Paris, mais de son site logistique mécanisé flambant neuf : le seul pour l'ensemble de ses 312 magasins en Europe, remplaçant cette année son ex-entrepôt situé à quelques kilomètres, à Châteauroux. FashionNetwork.com a pu visiter les coulisses de ce cube de béton et de tôle mis en service en avril dernier par ID Logistics, partenaire supply chain de Courir depuis huit ans.


Il reste de la place sur le terrain pour agrandir le site flambant neuf - DR


Sans verser dans la robotisation généralisée, le nouvel entrepôt de 23.000 mètres carrés prône une "mécanisation raisonnée", facilitant les manœuvres menées par les 170 personnes travaillant sur place, qui expédient 80.000 paires quotidiennement dans les six pays où est implantée l'enseigne (France, Espagne, Belgique, Luxembourg, Portugal et Pays-Bas).

"Notre ancien entrepôt de Châteauroux était vieillissant et peu adapté au e-commerce. Il était plus sécurisant de rester dans le même périmètre, en pérennisant les emplois, que d'opérer un grand déménagement", retrace Yves Simon de Kergunic, directeur informatique et supply chain chez Courir.

Dans l'ancien site, les commandes web étaient traitées totalement à part des approvisionnements magasins. Avec le boom des ventes e-commerce de la chaîne (18% de l'activité aujourd'hui, soit trois fois plus qu'en 2019), il devenait impératif de dessiner un chemin logistique qui intègre directement cette composante.


A gauche, la machine ouvrant automatiquement les cartons; et à droite, diverses boîtes disposées dans une 'gare' pour la préparation des expéditions - FNW/MD


Nouveauté de l'entrepôt? L'ouverture des cartons ne se fait plus manuellement mais par une machine qui les découpe et les ouvre sur le haut.

Ensuite, place aux huit 'mini-loads', qui désignent des espaces de stockage automatisé de cartons sur 13 mètres de haut et 96 mètres de long, où des bras articulés se déplacent très rapidement entre les allées (16 mètres par seconde), pour aller chercher des produits et les déposer sur le convoyeur. Ce dernier les transporte sur tapis roulant jusqu'aux 'gares' préparant les cartons d'expédition, où sont assignés des opérateurs. Il existe également toujours des étagères classiques où les stocks sont gérés par des salariés au volant de leur chariot élévateur.


A gauche, le stockage automatisé en "mini-loads" en arrière-plan; et à droite, les casiers intelligents destinés aux salariés - FNW/MD


Une reconfiguration quotidienne du stock



D'autre part, une gare spéciale nommée "A++" a été créée, regroupant les 700 paires les plus demandées en boutiques et sur le web. Un contingent qui change tous les jours. "Les meilleures ventes d'une journée ne sont pas celles du lendemain. Les cartes sont rebattues chaque soir dans cet espace", précise Yves Simon de Kergunic. "Nos best-sellers sont ainsi réapprovisionnés plus vite et en plus grande quantité", ajoute Marion Riffard, directrice supply chain, audit et qualité chez Courir.

L'entrepôt entre d'ailleurs dans un pic d'activité à l'approche du Black Friday. Il va renforcer ses équipes temporairement pour atteindre jusqu'à 140.000 paires expédiées le lundi suivant cette journée mondiale de promotions.


La tour de contrôle du site - FNW/MD


Au centre de l'espace, en hauteur, est suspendue une sorte de cabine où œuvrent des pilotes de flux. "C'est un nouveau métier! Ils ont une vue globale sur les installations, et gèrent des outils de contrôle des flux", explique Thierry Guillet, responsable du site, qui ajoute que l'équipe de maintenance a doublé de taille avec l'arrivée des outils mécanisés.

Des transporteurs appelés sur place ont ensuite la charge de livrer les 312 magasins Courir tous les jours, ou trois à quatre fois par semaine. Dorénavant, les paires destinées au "click & collect" en boutique (majoritaire pour les commandes web) prennent ces mêmes camions, ce qui limite quelque peu le nombre de véhicules mis sur la route.


Thierry Guillet, directeur du site, devant une machine qui identifie et contrôle les cartons - FNW/DR


De plus, la nouvelle organisation confère plus de rapidité aux commandes e-commerce: "Avant, la préparation d'une commande e-commerce était de 24h, nous sommes passés à une demi-heure en moyenne, en tenant compte du dimanche et de la nuit", expose Marion Riffard. D'autre part, une station est réservée aux retours des produits qui ne conviennent pas aux clients web. Courir revendique un faible taux de retour de 4%.

A noter également que l'enseigne a lancé le "ship from store" en 2021, les magasins devenant des mini-entrepôts expédiant eux-mêmes les commandes aux clients. "La sneaker est un marché de rupture, cette solution nous permet de faire du picking en boutique et de contenter nos clients", exprime Pierre Chambaudrie, le directeur général de l'enseigne.  


Les différentes voies d'expédition des colis, vers l'arrière des camions situés en haut à gauche - FNW/DR


Courir va devenir propriétaire des outils mécanisés



Côté bâtiment, un système de récupération des eaux de pluie a été mis en place, de même que des panneaux photovoltaïques, alors que de grandes vitres au niveau des postes de préparation de commande permettent de fournir un éclairage naturel.

Trente millions d'euros ont été investis avec ID Logistics pour faire naître le site, dont Courir est locataire, mais il deviendra à terme propriétaire des équipements mécaniques. "Ce n'est pas un partenariat classique. Nous avons besoin d'autonomie, et d'avoir la possibilité ensuite de changer d'opérateur", poursuit Yves Simon de Kergunic.

Dans les allées de boîtes de chaussures et textiles aux multiples couleurs, de nouvelles marques font leur apparition. Outre les géants du monde du sport (comme Nike, New Balance…), Courir continue de diversifier son offre, avec en tout une cinquantaine de fournisseurs qui livrent leurs produits à Montierchaume. "Nous sommes depuis longtemps moins dépendants de Nike et Adidas. Nous travaillons avec Ralph Lauren, Faguo ou N'go Shoes, et nous avons récemment introduit Clarks ou encore Clae afin d'amplifier notre positionnement mode", énumère Pierre Chambaudrie.


Courir a vendu 6 millions de sneakers en 2021 - FNW/MD


Un nouveau pays par an



Née en 1980, l'enseigne Courir, qui revendique 16% de parts de marché en France (sur la sneaker), a choisi en 2014 de se focaliser sur la cible féminine, qui représente désormais la moitié de ses ventes (515 millions d'euros de volumes d'affaires en 2021).

A l'export, elle prévoit d'entrer dans cinq nouveaux pays en cinq ans: après être entrée aux Pays-Bas en 2022, l'entreprise regarde du côté de l'Italie, de la Suisse ou de l'Allemagne. Tous ses colis voyageant en Europe partent de l'unique site de Montierchaume.


Le premier magasin néerlandais de l'enseigne, ouvert à Tilburg en octobre - DR


Offensif, le directeur général ne semble pas inquiet par la crise économique actuelle. "Nous sommes assez confiants car on constate qu'il y a assez peu d'arbitrages de consommation chez les jeunes concernant les sneakers. Il y a un fort phénomène de mode autour de cet objet, qui est aussi sujet à l'usure".

Pour accompagner ces développements soutenus, il est déjà planifié que le site de Montierchaume puisse être étendu de 12.000 mètres carrés dans les années à venir, pour à terme atteindre une cadence de 200.000 pièces traitées chaque jour. Une montagne de baskets.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com