×
Publicités
Par
AFP
Publié le
2 juil. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Rescapée du Rana Plaza au Bangladesh: l'armée dément un coup monté

Par
AFP
Publié le
2 juil. 2013

DACCA, 02 juil 2013 (AFP) - L'armée au Bangladesh a démenti d'"ignobles" informations de presse affirmant que le sauvetage miraculeux d'une ouvrière extraite des ruines de l'immeuble Rana Plaza dix-sept jours après son effondrement était un coup monté.

Reshma Islam lors de son sauvetage. Photo AFP.

Un quotidien pro-opposition citait la semaine dernière le témoignage d'un collègue de cette couturière de 18 ans, Reshma, affirmant que la jeune femme avait pu s'échapper des ruines avec lui le jour de l'effondrement. Le Rana Plaza, un immeuble où travaillaient plus de 3.000 ouvriers, s'est écroulé le 24 avril près de Dacca, faisant 1.129 morts.

Un article appuyant cette thèse a également été publié par le tabloïd britannique Sunday Mirror, citant le même ouvrier, introuvable depuis la diffusion des articles.

"Nous avons passé deux jours à l'hôpital mais elle a ensuite disparu. Lorsque je l'ai revue, c'était à la télévision, dix-sept jours plus tard. Ils disaient que c'était un miracle. Mais c'était faux", a affirmé ce collègue, cité dans le Sunday Mirror.

L'armée, qui a supervisé les opérations de secours et de déblaiement, a qualifié ces informations de "mensongères, imprudentes et fictives".

"Il s'agit d'une ignoble tentative pour semer le doute sur le dévouement, l'honnêteté et l'humanité des secouristes", a-t-elle dénoncé dans un communiqué publié lundi soir. L'armée a rappelé que le sauvetage de Reshma, considérée depuis comme une héroïne dans le pays, avait été filmé en direct par de nombreuses équipes de télévision, le 10 mai.

L'armée a en outre mis en garde contre le risque de traumatiser davantage la jeune couturière. "La publication de cette information mensongère peut même mettre en péril sa santé mentale. Elle est toujours traumatisée", a-t-elle rappelé.

La jeune femme, qui n'utilise qu'un seul nom, avait dit aux secouristes avoir réussi à boire de l'eau de pluie et à s'alimenter après avoir retrouvé dans les ruines des boîtes de sandwichs appartenant à des ouvriers.

Après avoir passé près d'un mois à l'hôpital, dont plusieurs jours en soins intensifs, Reshma a été autorisée à sortir le 6 juin. Employée depuis dans un luxueux hôtel de Dacca, elle n'était pas joignable dans l'immédiat; l'hôtel a indiqué à l'AFP qu'il fallait la permission de l'armée pour lui parler.

Son frère, Zahidul Islam, a également démenti les articles de presse: "Pendant dix-sept jours, nous l'avons cherchée dans tous les hôpitaux, dont l'hôpital militaire (où elle a ensuite été admise, ndlr) et dans les morgues. Nous ne l'avons retrouvée qu'après son sauvetage miraculeux", a-t-il déclaré à l'AFP.

L'hôpital Enam, où la plupart des blessés ont d'abord été amenés, a aussi affirmé que Reshma ne figurait pas parmi les personnes hospitalisées, démentant la version de son collègue.

"Nous avons soigné 1.618 personnes sauvées du Rana Plaza. Sur ce total, au moins 800 ont été hospitalisées et les autres ont reçu des premiers soins. Parmi les 800, aucun patient ne s'appelait Reshma", a déclaré un porte-parole, Zahidur Rahman.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.