×
7 260
Fashion Jobs
CITY ONE
Juriste - Chargé RH H/F (Paris 17Ème)
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Chef de Projet Senior Relation Client - H/F CDI
CDI · SAINT-DENIS
GROUPE BEAUMANOIR
Gestionnaire d'Application (H/F)
CDI · SAINT MALO
HERMES FEMME
Responsable de Collection- Chaussures Femme
CDI · PANTIN
LEVI STRAUSS & CO
Key Account Manager Sport (H/F)
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Relation Clients H/F
CDI · SAINT-OUEN
UPTOO
Responsable Commercial – Paris – Emballage de Luxe Sur Mesure (H/F)
CDI · PARIS
PRINTEMPS
Manager Des Ventes H/F
CDI · LE CHESNAY
PLACE DES TENDANCES
Poste de Développeur Back-End H/F
CDI · PANTIN
CONFIDENTIEL
Directeur Regional H/F
CDI · PARIS
APPROACH PEOPLE
Responsable RH Retail - Bayonne (64)
CDI · BAYONNE
STEPHANE ROLLAND PARIS
Direction Commerciale Maroquinerie
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Chef de Projet Digital
CDI · PARIS
HERMES
Responsable du Contrôle de Gestion
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Chargé(e) Administration du Personnel (H/F)
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Technicien Support de Proximite Retail
CDI · PARIS
UN JOUR AILLEURS
Responsable Mise en Place de Production H/F
CDI · PARIS
PAULE KA
Responsable Visuel Merchandising (H/F)
CDI · PARIS
CONCEPT RECRUTEMENT
Responsable Formation France, Univers Nouvelles Technologies &Design
CDI · PARIS
MICHAEL PAGE
Responsable Paie et Contrôle de g. Sociale H/F
CDI · PARIS
FYTE
Directeur Commercial Retail f/h
CDI · ROMAINVILLE
CELIO
Chef de Projet Conception et Fabrication Vitrine H/F
CDI · SAINT-OUEN

Richemont signe un premier semestre mitigé

Publié le
today 9 nov. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Très attendus, les résultats semestriels de Richemont ont déçu les marchés, le titre perdant plus de 7 % à la mi-journée à la Bourse de Zurich. Le géant du luxe helvétique a opéré cette année un virage vers le numérique via la prise de contrôle totale du portail de mode YNAP (Yoox Net-A-Porter) et l’acquisition du site britannique Watchfinder, spécialisé dans les montres d’occasion haut de gamme. Deux actifs consolidés respectivement depuis mai et juin au niveau du groupe, dont l’impact s’est fait sentir sur les comptes de ce premier semestre clos au 30 septembre 2018.


La page d'accueil du site de l'e-commerce de Chloé, l'une des marques de Richemont - chloe.com


Si le chiffre d'affaires, s’élevant à 6,81 milliards d'euros, soit en dessous des prévisions des analystes, s’inscrit en hausse de 21 % (+24 % à taux de change constant) par rapport à la même période un an plus tôt, c’est avant tout grâce à ces acquisitions. En excluant l’apport des deux sites en ligne, la croissance aurait été de 6 % (+8 % à taux de change constant), indique la société dans son rapport semestriel.

De même, le bénéfice net a plus que doublé à 2,25 milliards d’euros sur un an (+131 %), mais principalement en raison d’un effet comptable dû à la réévaluation des actions de Yoox Net-A-Porter, qui étaient déjà en possession de Richemont avant qu’il ne lance son OPA sur le reste du capital. Si l’on exclut ce gain exceptionnel hors trésorerie, le bénéfice net s’affiche en recul de 10 %, à 875 millions d’euros, contre les 974 millions du 1er semestre de l’exercice précédent.

Le résultat d’exploitation (Ebit) a notamment diminué de 3 %, à 1,13 milliard d’euros, en particulier en raison des coûts de l’intégration des deux nouvelles entités online estimés à 159 millions d'euros par le groupe. Le colosse voit ainsi sa marge opérationnelle ressortir à 16,6 % contre 20,7 % un an plus tôt. Sans la consolidation de YNAP et de Watchfinder, la marge se serait améliorée à 21,1 %, note ce dernier dans son communiqué.

« Au cours des six derniers mois, Richemont a renforcé son portefeuille avec deux investissements stratégiques (…). Nous détenons désormais à 100 % Yoox Net-A-Porter, détaillant en ligne leader de produits de luxe, et Watchfinder, une plateforme de premier plan pour les montres d’occasion. Dans le cadre de l’évaluation continue de notre portefeuille, nous avons vendu Lancel. Ces changements stratégiques ont eu un impact significatif sur notre résultat opérationnel et notre trésorerie nette sur la période en question », a commenté le président, Johann Rupert.

Au cours d’une téléconférence avec les analystes, les dirigeants du groupe ont confirmé leur volonté d’accélérer dans le digital, tout en reconnaissant que cela prendrait du temps à mettre en place, en évoquant la mise en route d'un « intense, mais riche processus ».

Il est évident que ce passage vers davantage de ventes en ligne pour Richemont et ses maisons, très attachées à une idée de luxe traditionnel, ne pas va se concrétiser facilement. Pour le groupe, le digital représente clairement l’avenir, a-t-il fait savoir, quitte à ce que cela ne rapporte pas dans l’immédiat. Il faut miser sur le long terme, ont encore souligné les dirigeants.

Au premier semestre, il est apparu que 14 % des ventes totales de Richemont ont été réalisées en ligne. Pour sa part, la société a assuré que les e-shops multimarques de YNAP continueraient à vendre des marques de bijoux et de montres n’appartenant pas au portefeuille du groupe suisse.

Dans ce contexte, l’entreprise a mis en avant notamment l’accord de partenariat conclu la semaine dernière avec le géant chinois Alibaba via sa filiale YNAP. En plus de s'ouvrir à un marché « à très fort potentiel » tel que la Chine, Richemont espère faire jouer les synergies avec ses autres marques, en les aidant à mieux cibler les consommateurs chinois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com