×
3 478
Fashion Jobs
A LA SOURCE...
Responsable Des Ressources Humaines (H/F)
CDI · PARIS
LA HALLE
Chef de Produits Achat Hommes (H/F)
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Acheteur Travaux et Maintenance H/F
CDI · PARIS
HERMES HOMME
Chef de Produit Jersey - PAP Homme - CDI
CDI · PARIS
HERMES SYSTÈMES D'INFORMATION
Chef de Projet IT Finance
CDI · PANTIN
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Chef de Produit Jersey (f/h)
CDI · PARIS
BONPOINT
Directeur Des Systèmes d'Information f/h
CDI · PARIS
GRAIN DE MALICE
Coordinateur de Région H/F - Centre / Idf
CDI · ORLÉANS
PARADE
Coordinateur Webmarketing & CRM H/F
CDI · MONTREVAULT-SUR-ÈVRE
PURE TRADE
Chef de Projet
CDI · PARIS
GROUPE ARMAND THIERY
Chef de Projets Systèmes Décisionnels H/F
CDI · LEVALLOIS-PERRET
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
Coordinateur.Trice CRM et Experience Client
CDI · PARIS
GPE SERGENT MAJOR NATALYS DPAM
Coordinateur (Trice) Export
CDI · MONTREUIL
MICHAEL PAGE
Financial Controller H/F
CDI · PARIS
CHRISTIAN LOUBOUTIN
Juriste Propriété Intellectuelle/Lutte Anti-Contrefaçon
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Directeur Production Merchandising et Contenu Editorial - H/F
CDI · SAINT-DENIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Chef de Projet Wms Manhattan et Outils Opérations - H/F
CDI · SAINT-DENIS
FRANCOISE SAGET
Prévisionniste Des Ventes
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
CINQ MONDES
Chef de Projet E-Commerce Algotherm
CDI · PARIS
PIMKIE
Responsable Animation Commerciale et E-Merchandising H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
PIMKIE
Traffic Manager H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
SEPHORA
Manager Des Ventes (f/h) - Val Thoiry
CDI · THOIRY
Publié le
6 janv. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Roland Beaumanoir: "Nous faisons le choix de nous recentrer sur la France"

Publié le
6 janv. 2021

Président du groupe malouin au milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel (Cache Cache, Morgan, Bonobo…), Roland Beaumanoir confie à FashionNetwork.com les raisons qui l’ont poussé à transmettre le contrôle de ses activités en Chine à l’entreprise locale Zhongke (550 magasins Cache Cache). Entre saturation du marché chinois, besoin de liquidités, et recentrage sur la France, le dirigeant évoque également la reprise en juillet de 336 magasins du mastodonte La Halle.


Roland Beaumanoir - DR


FashionNetwork: Est-ce la crise sanitaire qui a précipité la cession de vos activités en Chine ?

Roland Beaumanoir:
Pas exactement. C’est l’aboutissement d’une réflexion entamée il y a un an et demi. Nous avons depuis lors multiplié les contacts pour trouver un partenaire dans le pays, et la crise a accéléré cette démarche. De la même manière que notre réflexion de consolidation de nos activités sur le marché français nous a fait nous intéresser à Naf Naf et à La Halle, il existe le même type de mouvement de concentration ou d’alliances en Chine. Il valait mieux nouer un partenariat avec une entreprise locale, sinon, nous aurions été mangés.

FNW: L’activité retail n’était plus si florissante en Chine ?

RB:
Que ça soit en Chine, en France ou aux Etats-Unis, nous avons vécu une période d’euphorie et de croissance des parcs magasins à n’en plus pouvoir. Et ce jusqu’à l’absurde, à un moment où la consommation s’est mise à faiblir. En Chine, nous avons constaté dès 2018 une stagnation du marché. Les croissances annoncées ne se réalisaient pas.

Il faut dire que le gouvernement chinois avait lancé en 2013 de grandes manœuvres pour ouvrir près de 1.000 centres commerciaux chaque année durant cinq ans. Ils ont réussi, mais cela a fait naître un miroir aux alouettes pour les marques, confrontées sur place à une suroffre, une consommation qui ralentit et une prise de pouvoir du e-commerce. En cinq ans, je dirais que la fréquentation de nos magasins chinois a baissé de 60%.


Magasin Cache Cache en Chine - DR


FNW: Pourquoi avoir choisi Zhongke ?

RB:
C’est une entreprise chinoise dont je connais bien le directeur général, Marco Hamers, qui a collaboré par le passé avec le groupe sur la zone. Zhongke a acquis cet été le réseau C&A en Chine. Il y a plus généralement une dynamique dans le pays de reprise en main de leur propre marché. Malgré les difficultés, leur ambition est forte pour Cache Cache.

FNW: Quelle sera votre implication dans cette stratégie chinoise ?

RB:
Nous conservons 30% du capital de ces activités en Chine. Cela les sécurise de pouvoir continuer à s’appuyer sur notre expertise produit et marque. Il y a encore beaucoup de mégalopoles ou Cache Cache n’est pas présente, surtout des villes secondaires (à l’échelle chinoise). En France, l’activité en province et dans les plus petites localités souffre moins que la capitale et les grandes villes, c’est la même chose en Chine.


Visuel de la marque sur le marché chinois. - Naf naf


FNW: Quel est le montant de la transaction et à quoi vont servir ces fonds ?

RB:
Je ne communiquerai pas les détails. Nous faisons le choix de nous recentrer sur la France, en partie contraints par la montée des nationalismes. Nous avons besoin de trésorerie pour investir sur notre marché domestique, et surtout permettre l’intégration et la relance de La Halle. Cela demande du cash. J’ai consacré des fonds personnels et contracté un prêt pour acquérir cette enseigne de mode à petits prix. Il faut maintenant remettre cette locomotive sur de bons rails.

FNW: Comment se passe la prise en main de l’enseigne et quels sont vos projets ?

RB:
Il y a un peu de retard à l’allumage, mais c’était prévu. Notamment parce qu’il s’agit d’une marque qui se fournit en grand import. Ses performances actuelles sont conformes à nos prévisions, qui restent prudentes. Mais je crois au projet ! Sinon, je ne me serais pas exposé autant financièrement.

FNW: Comment le groupe Beaumanoir a-t-il traversé cette année 2020 ?

RB:
Avec difficulté compte tenu de la fermeture des boutiques pendant trois mois, et je tiens d'ailleurs à saluer le pilotage des équipes durant cette période de crise. Nous allons terminer l’exercice en perte, mais nous avons heureusement obtenu un prêt garanti par l’Etat.

Le groupe se retrouve dans le contexte d’une économie administrée, tout le secteur de la distribution est sous perfusion, et il ne faut pas que cela dure trop longtemps. Dans un système totalement libéral, nous aurions déposé le bilan. Or, avec les aides de l’Etat, le PGE, et surtout une gestion au plus juste (nous n’avons pas de surstock), notre trésorerie peut tenir au moins jusque fin 2022 dans le pire des scénarios projetés.

FNW: Comment se profile ce début d’année ?

RB:
Il faut souligner que l’activité de décembre a été bonne, avec une première quinzaine quasi-euphorique. Cependant nous naviguons à vue, au jour le jour. Quid des soldes, du comportement des consommateurs ? Les prochaines semaines seront très importantes. Ce dont on peut être satisfaits, c’est d’avoir triplé les ventes en ligne du groupe en 2020: un canal de vente que nous devons continuer à développer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com