×
7 115
Fashion Jobs

Roseanna : Dan Arrouas entre au capital pour lancer une nouvelle phase de développement

Publié le
today 17 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Nouveau chapitre pour la marque Roseanna. C'est sur de nouveaux appuis que la griffe féminine haut de gamme, lancée en 2007 à Paris par Anne-Fleur Broudehoux et Roxane Thiery, va désormais avancer. Alors que la seconde cofondatrice a quitté l'aventure l'an dernier, une recomposition du capital vient d'avoir lieu, a appris FashionNetwork.com. Celle-ci marque notamment l'entrée d'un nouvel acteur clé : Dan Arrouas, via sa société d'investissement Vog, déjà actionnaire de Ba&sh, Make My Lemonade, Eleven Paris, Modetrotter ou encore Livy. 


Pré-collection printemps 2019 - Roseanna


Avec cette entrée, l'attelage de Roseanna au capital se compose désormais ainsi : un partage équilibré entre Anne-Fleur Broudehoux, Bpifrance, actionnaire depuis 2015 qui réinvestit à cette occasion, Dan Arrouas donc, et également à leurs côtés des investisseurs particuliers historiques. Le projet : donner une impulsion nouvelle à la marque qui réaliserait actuellement un chiffre d'affaires d'environ 3 millions d'euros, via 130 revendeurs et sa boutique en propre, rue Froissart, dans le IIIème arrondissement de Paris. Avec un objectif affiché : multiplier par quatre le chiffre d'affaires en trois ans pour devenir une marque qui compte sur l'échiquier "contemporary premium". 

Pour cela, la créativité d'Anne-Fleur Broudehoux sera évidemment au cœur du projet, en la dégageant totalement des fonctions opérationnelles. Avec le nouveau projet arrive ainsi une nouvelle directrice générale : Barbara Quaranta, qui a croisé le chemin de Dan Arrouas chez Ba&sh, dont elle était directrice du retail jusqu'à l'automne dernier et son départ pour Roseanna. 

« Ce qui nous a attiré chez Roseanna c'est la désirabilité de la marque, grâce à un produit fort. C'est un potentiel qui mérite d'être développé dans le cadre d'un projet ambitieux », affirme Barbara Quaranta, la nouvelle directrice générale. «  Notre idée est d'arriver à positionner la marque dans un bel entre deux, entre le luxe abordable, Ganni par exemple, et une créatrice comme Isabel Marant. Sur ce créneau, il y a une clientèle à aller chercher en proposant une nouvelle catégorie de prix plus accessible », explique Dan Arrouas.

Un travail sur la structure des collections et ses prix a donc été entamé, qui commencera à être visible à partir de la saison automne-hiver 2019/20. Un niveau de prix plus abordable (prix moyen 250 euros) sera ainsi ajouté à ceux existants, pour s'adresser à un nouveau public, tout en conservant des pièces créatives aux portes du luxe. « La marque se situe jusque-là un peu trop haut sur l'échiquier. Repositionnée ainsi, tout en capitalisant sur des atouts existants que sont son style fort, ses bests mode mais aussi sa lingerie et ses chaussures, deux belles catégories, nous pensons que Roseanna a une belle place à se faire », poursuit Barbara Quaranta.


Pré-collection printemps 2019 - Roseanna


Les investissements porteront dès cette année sur plusieurs axes : communication - via un partenariat axé sur le digital avec l'agence DLX et plus d'incarnation par la créatrice de la marque -, renforcement de la présence wholesale en France et à l'international, mais aussi ouvertures de boutiques à l'enseigne. « Le but est de se présenter de manière très précise et pas massive, dans des beaux emplacements premium à Paris et en province », explique Dan Arrouas. L'ouverture d'un second magasin Roseanna pourrait intervenir dès la fin de l'été à Paris, pour marquer le renouveau entrepris.

Une présence accrue en grands magasins, en France et à l'international, est également à l'ordre du jour. La marque entre aux Galeries Lafayette dès le mois de février et convertira prochainement sa présence au Bon Marché en concession mieux exposée. Roseanna a par ailleurs franchi un pas important aux Etats-Unis, où elle comptait quelques revendeurs seulement, en entrant dans dix magasins Nordstrom en toute fin d'année 2018. Présence toujours avec un projet de développement de magasins via l'affiliation, qui pourrait prendre vie sans attendre avec des distributeurs historiques de la marque.

Autre concrétisation rapide : la transformation depuis ce mois de janvier du site web dont les nouveaux partenaires d'Anne-Fleur Broudehoux estiment qu'il pourrait drainer environ 25 % du chiffre d'affaires de la marque à terme. « Notre modèle sera parfaitement mixte, explique Dan Arrouas, en parfait équilibre entre vente en gros et distribution directe », conclut celui qui, outre la directrice générale, a amorcé le recrutement de nouveaux responsables e-commerce, réseaux sociaux et gestion, pour renforcer les équipes en vue du plan de développement qui démarre.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com