Row DTLA, la nouvelle bulle créative de Los Angeles

Situé entre Seventh et Alameda Street, dans la partie Arts District du quartier Downtown de Los Angeles, le grand complexe de Row DTLA occupe ce qui fut de 1917 jusqu’aux années 30 le LA Terminal Market. Un ancien marché alimentaire construit par le Southern Pacific Railroad, toujours en partie en activité, auxquels s’ajoutent des entrepôts un temps occupés par la griffe American Apparel, l’ensemble regroupant six bâtiments au total.


Le Row DTLA se veut le nouveau lieu branché et créatif de Los Angeles.DR DRA l’origine du projet (dont le montant n'a pas été révélé), l'acteur immobilier Atlas Capital Group souhaite transformer les 140.000 mètres carrés d’espaces en un nouveau - DR
A l’origine du projet (dont le montant n'a pas été révélé), l'acteur immobilier Atlas Capital Group souhaite transformer les 140.000 mètres carrés d’espaces en un nouveau

A l’origine du projet (dont le montant n'a pas été révélé), l'acteur immobilier Atlas Capital Group souhaite transformer les 140.000 mètres carrés d’espaces en un nouveau complexe dédié à la créativité, capable de regrouper restaurants, créateurs de mode et de design, artisans et marques de food, et près de 120 000 mètres carrés supplémentaires dédiés à des bureaux, rooftops, lieux événementiels, jardins, places et parkings.

Un projet qui s'inscrit dans la revitalisation récente de Downtown. Le quartier, qui depuis dix ans connaît un nouveau dynamisme culturel (avec l'ouverture du musée d'art moderne, le Broad), voit s'ouvrir de nouvelles enseignes (Ace Hotel ou The Line Hotel) et attire désormais marques de mode (APC depuis 2015) et boutiques de renom, à l'image de Dover Street Market. 

Depuis l'ouverture d'une première boutique en 2017, le Row en a accueilli une cinquantaine. « Il rassemblera à terme une centaine de magasins et une quinzaine de restaurants à concept, détaille Erin Yamauchi, gestionnaire des comptes du Row DTLA. Les bureaux de sociétés de la tech, de la mode, du design et des médias devraient s’y installer également. Nous attendons pour 2019 un million de visiteurs ».  


Entre boutiques et résidences d'artistes, l'ambiance du Row DR

Après un démarrage lent, le Row DTLA commence à s’animer depuis septembre. Les véhicules sont de plus en plus nombreux à occuper le parking de 5 000 places. Et tous les dimanches, la halle alimentaire fait le plein autour de l’événement Smorgasburg, l’un des marchés aux puces les plus populaires en ville (né à Brooklyn), installé ici depuis 2016 et réunissant les meilleurs food trucks du moment. 
 
Côté mode, on compte aujourd’hui une quinzaine d’enseignes et la sélection opérée par l’agence Runyon Group (déjà à l’œuvre à Culver City autour du complexe commercial Platform) mise sur les créateurs indépendants majoritairement. Parmi eux, le français David Sarfati, fondateur de la marque 13 Bonaparte, figure parmi les rares marques étrangères. « Row est le quartier créatif que Los Angeles n’avait pas. Il s’intègre au renouvellement global de Downtown et intéresse une clientèle de créatifs très présente à Los Angeles – archis, designers de mode, professionnels du cinéma ... – qui matche parfaitement au profil de 13 Bonaparte ». 


La boutique 13 Bonaparte

Lancée aux Etats-Unis l’année dernière via sa filiale américaine, la marque de prêt-à-porter masculine vient, après un essai de six mois, de renouveler son bail pour cinq ans. « Si le développement de Row n’en est encore qu’à ses débuts, l’adresse permettait d’être actif sur le marché américain avant notre ouverture à New York (ndlr, en septembre dernier) », explique David Sarfati.
 
Autre figure, et première à avoir signé au Row DTLA, Ahlem Manai-Platt et sa marque de lunettes Ahlem ouvrait ici début 2017 sa seconde boutique à Los Angeles après celle de Venice : « Un vrai challenge ! Le Row DTLA est à ses balbutiements, explique aujourd’hui la créatrice. Il correspond à l’équivalent du Haut Marais il y a quinze ans, lorsqu’Isabel Marant venait d’ouvrir. Tout cela risque de prendre un peu de temps avant d’exploser mais nous parions sur l’avenir ! ». La créatrice vient de signer un bail de dix ans.
 
Parmi les autres adresses les plus remarquées, La Bodega fondée par Jay Gordon, Oliver Mak et Dan Natalo en 2006, a d’abord connu le succès à Boston avant d’emménager à Los Angeles. Positionnés sur la sneaker de collection, les trois associés réussissent à s’attirer les grands noms – Adidas, Asics, Nike et New Balance – en imaginant un concept de magasin caché. Une expérience client pouvant s’inspirer des bars speakeasy de la prohibition qu’ils dupliquent il y a six mois au Row DTLA.


Le premier étage du magasin La Bodega - DR

Derrière une porte d’entrepôt, après les bâches en plastique et les cageots de melon, La Bodega s’ouvre sur un vaste rez-de-chaussée et une large sélection de sneakers. On y trouve également un mini-delicatessen à la new-yorkaise qui vend à peu près tout, du bigoudi au paquet de Mac&Cheese et à la corde à sauter, et un kiosque pop-up Vans. A l’étage, La Bodega dévoile une offre streetwear pour homme, avec des tee-shirts et sweats griffés Iggy, Engineered Garments ou Stone Island, et une table de ping-pong pour décontracter les clients.
 
Au Row DTLA, on compte aussi des griffes locales à l’esprit surf comme Banks Journal, des labels enfant tels que OMAMImini, le multimarque LCD de la créatrice Geraldine Chung, les new-yorkais d’Oak ou encore le concept-store select de Tokyo Bike. Les étages de bureaux comptent déjà Adidas comme client.

Plusieurs pop-up devraient s'y tenir cette année et d’autres enseignes sont annoncées, parmi lesquelles le concept beauty bar The Things We Do. Si le cap du million de visiteurs semble encore compliqué à atteindre selon certains designers, le mouvement est lancé et la qualité des créateurs et marques présents en ces lieux devrait faire graviter une large clientèle à moyen terme. 
 
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresParfumsCosmétiquesRestaurationDistributionCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER