Royaume-Uni : accusé de violation de brevet, L'Oréal va faire appel

L’Oréal a l’intention de faire appel d’une décision de la justice britannique favorable à une start-up californienne qui l’accuse d’avoir copié son produit capillaire.


L'Oréal accusé de violation de brevet au Royaume-Uni - B.TESSIER/REUTERS

La décision de la Haute Cour britannique n’est qu’un épisode d’une procédure de longue date, également menée aux Etats-Unis.

La société Olaplex fait valoir que le groupe français de cosmétiques a enfreint la loi sur les brevets pour ses produits « Bond Multiplier » qui protègent les cheveux lors d’une décoloration. L’Oréal, selon celle-ci, a eu accès à la technologie de ces produits lorsque le groupe français discutait d’un éventuel rachat de la start-up en 2015, et a par la suite lancé un produit concurrent, ce qui a nui aux ventes d’Olaplex.

L’Oréal, pour sa part, dément avoir eu accès à des informations confidentielles lors des discussions de rachat.

La Haute Cour britannique, dans sa décision rendue lundi, a rejeté 10 des 11 éléments de la plainte d’Olaplex mais a retenu celui lié aux ingrédients du produit capillaire, ce qui représente un revers pour L’Oréal.

Les juges, a précisé Olaplex, se prononceront ultérieurement sur une éventuelle procédure d’injonction qui porterait sur les ventes futures des produits de la gamme « Smartbond » de l’Oréal.

Le groupe français s’est déclaré mardi en désaccord avec la décision de justice, et a ajouté : « Nous demanderons à faire appel ».

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

CosmétiquesCoiffureBeauté - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER