×
Publicités

Royaume-Uni : Harrods envisage de licencier 14% de son personnel

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
2 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alors que les retombées de la pandémie de coronavirus continuent d'affecter le secteur de la vente au détail dans le monde entier, le grand magasin londonien Harrods aurait l'intention de supprimer jusqu'à 700 emplois — soit 14 % de son personnel. Pour sauver les meubles au plus fort de la crise, mais aussi pour se protéger à plus long terme.


Harrods aurait l'intention de licencier 14 % de son personnel


Le directeur général de la société, Michael Ward a informé les 4800 employés de l'entreprise. Selon lui, il faudra un certain temps, ainsi qu'une "amélioration radicale de la conjoncture extérieure pour que notre entreprise se remette sur pied et retrouve le chemin de la croissance".

Pour Michael Ward, la reprise des activités du grand magasin historique se heurte aux mesures de distanciation sociale et aux autres règles sanitaires. Sans compter le déclin brutal des voyages internationaux, qui tiennent à distance les touristes étrangers, principale clientèle de Harrods.

D'ordinaire, Harrods est un lieu incontournable pour les touristes internationaux en visite à Londres. Quand on entre dans le magasin, on y voit plus de voyageurs étrangers que de clients britanniques — l'enseigne est particulièrement populaire auprès des touristes originaires de Chine ou du Moyen-Orient.

Malgré ce constat plutôt déprimant, Michael Ward indique que depuis la réouverture du magasin, les premiers signes sont "encourageants". Mais que ces remontées optimistes ne suffiront pas à assurer la santé de l'entreprise sur le long terme.

Comme dans les autres grandes enseignes de détail, les segments qui opèrent dans les zones les plus touchées par la crise sanitaire — et par les mesures prises pour la combattre — pourraient connaître le plus de pertes d'emplois. En d'autres mots, la restauration et les débits de boissons. Par ailleurs, les employés avec le moins d'ancienneté pourraient être les premiers à perdre leur emploi.

"À la tête de Harrods depuis plus de 15 ans, j'ai piloté l'entreprise dans des périodes extrêmement difficiles, mais cette crise est sans aucun doute le plus grand défi que nous ayons eu à relever. Rien n'est pire que de devoir licencier des collègues qu'on estime".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com