SMCP : les ventes progressent de 7,2 % au premier trimestre grâce à l'international, mais reculent en France

La maison mère des marques de prêt-à-porter Sandro, Maje et Claudie Pierlot (SMCP) a annoncé lundi une augmentation de ses ventes de 9 % au premier trimestre, mais 7,2 % à taux de change constant, soutenue par de bons résultats à l'étranger, mais freinée par une décroissance sur le territoire français.


Campagne printemps-été 2019 - Sandro

Entre janvier et mars, les ventes ont atteint 274,6 millions d'euros, grâce à la « performance remarquable » de la région Asie-Pacifique (APAC), pointe la société dans un communiqué. « Les ventes du premier trimestre sont conformes à nos attentes et nous sommes particulièrement satisfaits de notre performance dans la région APAC, qui témoigne du potentiel considérable de nos marques à l'international et d'une désirabilité toujours accrue », a commenté Didier Lalonde, directeur général de SMCP, dans un communiqué.

Les ventes dans cette région bondissent en effet de 32,3 %, à 67,5 millions d'euros, soit une croissance de 28,4 % à taux de change constant, grâce à des « tendances très dynamiques en Chine », où le groupe ouvre des boutiques et compte également élargir son potentiel de clients avec un nouveau partenariat stratégique avec le géant du e-commerce JD.com.

La région EMEA, qui comprend les pays européens hors France et le Moyen-Orient, affiche également une bonne forme avec un chiffre d'affaires de 79,4 millions d'euros, en hausse de 9,9 % à taux de change constant.

Les ventes en France, qui pèsent pour un peu plus d'un tiers de l'activité de SMCP, sont en revanche en recul net de 3,9 %, à 96 millions d'euros, en raison du « ralentissement du tourisme » et d'une moindre confiance des ménages « liée au mouvement des gilets jaunes », selon les termes du groupe SMCP. Celui-ci évoque ainsi le travail « d'optimisation » du parc de magasins français, relevant six fermetures nettes et mettant en avant des investissements sur quelques emplacements clés (déménagement, extension), notamment Sandro pour une plus grande surface mixte à Lille ou Maje pour une plus grande surface mieux située rue des Francs-Bourgeois à Paris, ou encore une nouvelle boutique Claudie Pierlot à Cannes.

Pour la zone Amériques, la performance est également décevante au premier trimestre. Après de beaux investissements sur les points de vente qui avaient porté leurs fruits l'an dernier (+30,4 % de croissance annuelle), le démarrage de 2019 est plutôt lent, avec une croissance de 1 % seulement à taux de change constant.

Les trois marques du groupe sont en tout cas en croissance au niveau mondial, à taux de change constant, mais certaines sont plus marquées par le ralentissement : ainsi, les ventes de Sandro progressent « seulement » de 4,3 % (après une année 2018 à +11,4 %), celles de Maje grimpent de 9,8 % (après une année 2018 à +15,9 %), tandis que celles de Claudie Pierlot connaissent la meilleure orientation, à +10,5 %, relativement en ligne avec les performances de l'exercice précédent et sans fléchissement notable.

Après un quatrième trimestre 2018 déjà en retrait par rapport à la croissance habituelle du groupe (+8,1 % à taux de change constant), le premier trimestre 2019 et ses ventes en hausse de 7,2 % confirment donc la tendance au ralentissement et se situent même en dessous des objectifs annuels, avec une fourchette de croissance entre 9 et 11 %. Le groupe confirme néanmoins ses objectifs financiers pour 2019. L'an dernier, il avait dépassé la barre symbolique du milliard d'euros pour la première fois.

SMCP, dont l'activité et la rentabilité ont enregistré une forte croissance ces dernières années, a été introduit à la Bourse de Paris en octobre dernier et est toujours détenu majoritairement par le groupe chinois Shandong Ruyi. Ses trois marques sont présentes à travers 37 pays, avec plus de 1 200 points de vente.


Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER