SMCP relève ses objectifs 2018

Paris, 31 juillet 2018 (AFP) - La maison mère des marques de prêt-à-porter Sandro, Maje et Claudie Pierlot (SMCP) a relevé mardi ses objectifs 2018 après des ventes supérieures aux attentes, en hausse de près de 13 % au deuxième trimestre, et particulièrement dynamiques en Chine.


Boutique Sandro - DR

Pour l'année en cours, le groupe anticipe désormais une croissance de ses ventes « supérieure à 13 % », contre « 11 % à 13 % » prévus auparavant, à taux de change constant, annonce-t-il dans un communiqué. Il réitère tabler sur une marge d'Ebitda (excédent brut d'exploitation) aux alentours de 17 %.

Au deuxième trimestre, les ventes ont progressé de 12,9 %, à 241,3 millions d'euros. Sur les six premiers mois de l'année, elles s'élèvent à 493,3 millions d'euros, un montant supérieur aux 489 millions anticipés par le consensus d'analystes compilé par Factset.

« Je suis très heureux de la superbe performance réalisée au deuxième trimestre et sur la première moitié de l'année », commente le directeur général du groupe, Daniel Lalonde, cité dans le communiqué. Il se félicite notamment de « ventes en ligne robustes », comme il l'a confirmé à FashionNetwork.com en s'entretenant sur la stratégie digitale du groupe.

A l'international, qui a représenté 64 % du chiffre d'affaires total soit 154,2 millions d'euros, l'activité a bondi de 26,5 % à taux de change constant, et même de 47,7 % en Asie (Chine, Hong Kong, Corée du Sud, Singapour, Thaïlande, Australie) à 49,6 millions d'euros. Les ventes en ligne des trois marques, Maje, Sandro et Claudie Pierlot, ainsi que l'ouverture de magasins dans trois villes de Chine, ont tiré l'activité.

En France, dans un « marché difficile », le groupe dit avoir été « résilient » avec une érosion de son chiffre d'affaires de 0,7 %, à 87,1 millions d'euros, au deuxième trimestre.

Un total de 114 nouveaux points de vente ont été ouverts au cours des douze derniers mois, dont 86 gérés en direct.

SMCP avait dégagé en 2017 un bénéfice net de 6,3 millions d'euros, contre 53 millions d'euros un an plus tôt, en raison de frais liés à son introduction en Bourse ainsi qu'à un changement de fiscalité en France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER