×
Publicités
Publié le
12 mai 2011
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Salons de mode: un regroupement applaudi par les professionnels

Publié le
12 mai 2011

A se demander pourquoi le rapprochement entre la Sodes (Prêt-à Porter Paris, Atmosphère’s, The Box, etc.) et WSN Développement (Who’s Next, Première Classe, Atelier Paris sur Mode …) n’a pas été réalisé plus tôt ! Tous les professionnels que nous avons interrogés, qu’ils soient organisateurs de salons, marques ou détaillants, se félicitent du rachat de la Sodes par Comexposium et la prise en charge de l’opérationnel par les fondateurs de Who’s Next, Xavier Clergerie et Bertrand Foache.


Bertrand Foache et Xavier Clergerie, à la tête des salons de mode de la Sodes et de WSN


A entendre les propos des uns et des autres, ce rapprochement était manifestement souhaité, espéré depuis longtemps. "Ce rapprochement est une très bonne chose, souligne ainsi Serge Derhy (René Derhy). Il fallait qu’il se passe quelque chose. La concurrence étrangère se profilait. Il se passe des choses intéressantes à Madrid et Milan notamment". A la communication de Lauren Vidal, Céline Bardy souligne: "Cela fait longtemps que l’on réclame cela". Même son de cloche chez Prêt pour Partir: "C’est une très bonne chose", souligne le fondateur de la marque, Xavier Aujard. Jusqu'aux organisateurs des salons voisins de la Porte de Versailles qui se félicitent du regroupement de Prêt-à-Porter Paris et de Who’s Next.

"Tout ce qui est fait pour dynamiser est bon pour l’ensemble des salons de mode", souligne Sylvie Gaudy, notamment directrice d’Eclat de Mode au sein de Reed Expo. Un avis partagé par Jean-Paul Le Roux, fondateur du salon de chaussures-accessoires Mess Around: "Cela devrait booster l’ensemble", souligne-t-il. Quant à Marie-Laure Bellon, présidente d’Eurovet (Mode City, Salon International de la Lingerie, Intersélection, etc.) dont Comexposium détient 49% du capital, "c’est une bonne chose".

En quelque sorte porte-parole de l’ensemble des salons via sa casquette de président de Paris Capitale de la Création, Etienne Cochet, à la tête par ailleurs de Maison & Objet, se félicite que la mode se rassemble. "Cela fait dix ans que nous disons aux gens de la mode qu’il faut qu’ils s’unissent, qu’ils se renforcent". Et d’estimer que cela va dans le sens fédérateur développé par Paris Capitale de la Création. "Face à la compétition qui est mondiale, il faut s’unir. C’est déjà ce qui est fait avec Paris Capitale. Par exemple, nous étions tous à Madrid le 10 mai pour présenter les salons parisiens. Et nous sommes tous le 16 mai à New York".

La première des qualités du rapprochement, selon tous nos interlocuteurs, est de mettre fin aux querelles fratricides entre les deux salons de mode. "Cela fait des années que j’étais scandalisé en tant qu’exposant par l’affrontement entre les deux salons", explique Frédéric Lener à la tête de la marque Les Chemins Blancs et administrateur de la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin. Pour Xavier Aujard de la marque Prêt pour Partir, il était temps d’arrêter cette guerre entre organisations. Pour Lauren Vidal, "la concurrence était devenue trop rude entre les deux salons. Cela tournait à la guerre autour des marques. Les univers ont été totalement chamboulés et les exposants avec. Nous étions un peu perdus". Les critiques fusent également sur l’évolution de Prêt-à-Porter Paris. "Les disparités entre les deux salons étaient devenues trop grandes. Prêt-à-Porter Paris souffrait du dynamisme de Who’s Next avec la présence d’exposants un peu cheap et pas à leur place", affirme Serge Derhy. On sait que la fuite des marques vers Who’s Next était patente, à l’image ces dernières saisons de Zapa et des marques du groupe Garella par exemple.

Qui plus est, la semaine dernière, donc avant l’annonce du rachat de Prêt-à-Porter Paris par Comexposium, le nouveau président de la Fédération nationale de l’habillement, Bernard Morvan et la déléguée générale de l’organisation professionnelle des détaillants, Sandra Vassy, avaient rencontré Xavier Clergerie et Bertrand Foache. "Nos adhérents se demandaient si nous ne devions pas plutôt nous installer sur Who’s Next pendant les salons", souligne Bernard Morvan.
Reste bien sûr à envisager la suite. Nul doute que les dirigeants opérationnels de l’ensemble Sodes-WSN, Xavier Clergerie et Bertrand Foache, bénéficient plus que d’un état de grâce, d’une véritable cote de popularité professionnelle. "Les dirigeants de Who’s Next savent insuffler du dynamisme", souligne Serge Derhy.

Il est vrai aussi que les exposants, comme les visiteurs, en attendent beaucoup. Serge Bensimon par exemple se demande si un grand salon serait la solution. De même Maylis Mege, responsable marketing chez DDP, en charge des salons: "Il est évident qu’un grand salon pourrait drainer plus de monde. Mais il y a aussi un risque à faire trop grand. Les univers peuvent être dilués. J’attends de voir comment la segmentation peut être faite". Frédéric Lener compte bien lui voir revenir des visiteurs étrangers et d'abord européens qui feraient défaut selon lui aux salons parisiens de mode. Etienne Cochet, lui, se dit heureux, enthousiaste et confiant dans l’avenir avec une vraie énergie, l’envie de jeunes talents, une offre adaptée à l’air du temps, imaginative… Réponse sur le terrain dans quelques mois.

Jean-Paul Leroy (avec Anaïs Lerévérend)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com