×
Publicités
Publié le
6 sept. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Salut Beauté lève 420.000 euros avec sa mode upcyclée

Publié le
6 sept. 2022

Nouvelle étape pour Salut Beauté. En donnant un style fort à leur mode upcyclée, réalisée dans des stocks dormants de tissus, Mathilde Gindre et Sarah Nimir ont su attirer les regards sur leur marque fondée en 2019. Les coupes mêlant codes du tailoring et du vêtement de travail de Salut Beauté sont rapidement adoptées par des artistes comme Angèle ou Jain.


Mathilde Gindre (en costume à carreaux) et Sarah Nimir, cofondatrices de Salut Beauté - Salut Beauté


Les deux entrepreneures veulent à présent accélérer et viennent de lever 420.000 euros.

"Nous avons commencé à travailler sur ce projet en janvier et nous avons clôturé en juillet, détaille Sarah Nimir. Ce qui nous a le plus accaparé, c'était bien sûr de convaincre les investisseurs mais aussi d'avancer sur les questions administratives. Heureusement au sein de la Caserne (lieu dédié aux entreprises de mode dans le Xe arrondissement de Paris, ndlr), nous échangeons avec plusieurs dirigeants qui sont déjà passés par là et leurs conseils ont été précieux."

Le duo met en avant la notoriété de sa jeune marque, son positionnement en tant que DNVB (digital native vertical brand) et le fait que la société se positionne sur un marché novateur et embrasse une approche recherchée par les consommateurs. Un propos qui séduit des entrepreneurs de différents secteurs et des business angels comme Chantal Baudron, reconnue pour ses talents en la matière, Nicolas Santi-Weil, directeur général d'AMI, et Melody Madar, fondatrice du média Les éclaireuses. Les montants levés doivent permettre à Salut Beauté d'accélérer son développement.

"Notre gros focus est de structurer l'offre mais aussi de retravailler le site. Nous faisons des recrutements avec une responsable financière, une brand manager pour épauler Sarah sur le travail de collections. Notre modéliste, qui est clé dans notre processus, est passée en CDI. Nous voulions avoir une structure solide pour développer la marque. Cela va notamment passer par un élargissement de notre gamme de produits, en allant par exemple explorer la maille et la maroquinerie. Et c'était aussi nécessaire pour pouvoir développer la partie internationale".


La proposition denim de la marque pour la rentrée - Salut Beauté


L'équipe de Salut Beauté, aujourd'hui composée de neuf collaboratrices, affiche des ambitions fortes, sans toutefois avancer un chiffre d'affaires. Son objectif est de multiplier par trois son activité chaque année sur ses prochains exercices.

Pour atteindre ses objectifs, la marque va travailler sur la fréquence de ses propositions, explorer son potentiel sur de nouvelles typologies de produits via des collaborations et cibler la pertinence de ses propositions. Un travail amorcé notamment avec sa nouvelle proposition pour la rentrée, dans laquelle la marque explore pour la première fois le denim.

S'il intéresse de nombreux acteurs, le marché de l'upcycling interroge sur son potentiel. Les fondatrices de Salut Beauté, issues toutes deux d'une école de commerce, entendent valider un modèle économique viable.

"L'une des questions des investisseurs était, forcément, 'Le modèle est-il scalable (évolutif en français, ndlr)?', 'Peut-on le pousser avec des volumes plus importants?' Nous, nous savons que nous sommes loin d'être arrivées au bout du modèle, ne serait-ce que par le fait que les volumes de matières disponibles sont immenses, précise Sarah Nimir. Nous travaillons avec des rouleaux et très clairement cela représente souvent beaucoup de métrages. Ce n'est pas un modèle économique où l'on travaille la pièce unique. Mais en parallèle, nous explorons l'utilisation de matières écoresponsables pour certains projets. En réalité, c'est bien de commencer avec l'upcycling car sinon tu es confronté au minimum de quantités imposé par les fournisseurs sur des matières écoresponsables neuves."

A présent que leur marque dispose d'une communauté et de volumes plus importants, les fondatrices de Salut Beauté peuvent donc approcher des matières écoresponsables. Leur modèle économique pourrait ainsi se constituer de pièces issues de tissus dormants et de propositions avec des tissus durables nouveaux.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com