×
5 375
Fashion Jobs
Publié le
28 avr. 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Salut Beauté: quand la mode upcyclée séduit artistes... et investisseurs

Publié le
28 avr. 2022

Salut Beauté occupe le devant de la scène, au festival Coachella, pour vêtir le groupe parisien l’Impératrice. Ce n’est pas la première fois que le vestiaire féminin se retrouve sous les feux des projecteurs. La marque d’upcycling, qui se définit comme audacieuse, se forge un nom avec ses looks vitaminés. Et il n’y a pas que les artistes qui s’intéressent à la jeune marque française.


Concert de L'Impératrice à Coachella (habillé en Salut Beauté) - Salut Beauté


La société, basée à Paris au sein de La Caserne et accompagnée par le programme Talents de la fédération du prêt-à-porter féminin, est en train de boucler une levée de fonds visant les 600.000 euros, pour la fin mai 2022. Cette campagne de financement servira à se structurer avec l’amélioration de son e-shop, un travail sur la typologie des produits et la diversification son offre.

Fondée en 2019, Salut Beauté est une marque DNVB (Digitale Native Vertical Brand), pour femmes, lancée par Mathilde Gindre et Sarah Nimir. Surnommées Brenda et Brenda, elles reprennent les codes du vêtement de travail, afin de proposer une garde-robe complète : des pantalons coupes droites et larges, des tailles hautes ou évasées et des ensembles assortis. Les prix varient entre 35 euros pour un bob (prix le plus bas) et 299 euros pour une veste blazer.

Leur pièce iconique ? Un ensemble pantalon large et une veste blazer croppée, que les créatrices appellent le « air uniform ». A travers cette tenue vestimentaire, elles revisitent le tailleur féminin, en s’inspirant des hôtesses de l’air et des années 1970.

Pour concevoir sa ligne de prêt-à-porter, le duo récupère des tissus déjà existants auprès des fabricants pour créer de nouveaux vêtements. Ce qui lui permet de savoir où le fil est sourcé. Elle fait également appel aux upcyclers, qui achètent des lots entiers inutilisés à de grandes maisons. Les matières proviennent d’un peu partout en Europe dont la France, mais la production est réalisée en Tunisie.

Aujourd’hui, elle propose des vêtements en précommandes, dont la disponibilité est calculée en fonction du nombre de métrages disponibles. Une manière d’éviter les surstocks. Et lorsqu’un produit est victime de son succès, elle contacte les fournisseurs pour savoir s’ils ont d’autres métrages disponibles.

Le volume de la production dépend ainsi des précommandes ou du métrage et peut aller de 30 à 1.000 pièces. « On n’a pas vraiment vu de limites à ce fonctionnement, car il y a beaucoup de tissus de seconde main. Le seul ‘frein’ est dans la continuité de nos références, mais c’est une piste sur laquelle on travaille actuellement », ont souligné Sarah Nimir et Mathilde Gindre.

Ces dernières misent donc sur le confort des matières. En effet, l’une des dernières capsules est composée à 100% de lin et 100% de coton. Salut Beauté privilégie des vêtements pratiques, sans oublier son sens de l’esthétisme, en proposant un style décalé et des pièces twistées. Elle met en avant la silhouette de la femme et l’effet que souhaite provoquer la griffe est l’expression « Salut beauté », lorsqu’une consommatrice rencontre son entourage.


Collection printemps-été 2022 - salut-beaute.com


Mathilde Gindre et Sarah Nimir cherchent avant tout à faire passer des messages à travers leurs tenues. Elles veulent montrer que la mode n’a pas besoin de se prendre au sérieux. A travers les vêtements, les créatrices partagent leur philosophie de vie : prendre confiance en soi et surtout ne pas s’excuser d’exister. Elles plongent les clientes dans leur univers et ce serait la première raison pour laquelle ces dernières tombent amoureuses du label.

Les clientes sont relativement jeunes (entre 25 et 35 ans), car les fondatrices interagissent beaucoup sur les réseaux sociaux. Lorsqu’elles s’adressent à leurs consommatrices, elles préfèrent employer un ton détendu pour créer un lien de proximité avec elles.

La marque se considère avant tout digitale, car 80% de son chiffre d’affaires, dont elle ne souhaite pas communiquer le montant, s’effectue en ligne. Elle mise d’ailleurs sur cette stratégie plutôt que sur ses points de vente physique. En effet, les produits sont disponibles sur le e-shop, dans les Galeries Lafayette Haussmann, à La Samaritaine et sur la plateforme de vente en ligne de Printemps. D’ailleurs, la première boutique n’a pas prévu de voir le jour avant 2023.

Une stratégie d'influence



Salut Beauté s’appuie sur les réseaux sociaux pour se faire connaître. Elle emploie une stratégie de marketing d’influence pour renforcer sa visibilité. Elle a habillé des artistes tels qu’Angèle, Jain ou Lena Simone pour leur concert ou collaboré avec des influenceuses pour faire parler d’elle. Les créatrices envisagent, pourquoi pas, de s’associer à des marques vintage dont elles sont aujourd’hui proche.

Il y a peu de temps, Brenda et Brenda ont lancé une série de podcasts qui s’intitule « au pire ». Le concept est de dédramatiser le fait de se lancer dans un projet (dans tout domaine confondu). Elles font principalement appel à des femmes et des artistes pour partager leurs expériences. Une première saison est disponible sur toutes les plateformes d’écoutes. De nombreuses invitées ont pu parler de leurs expériences, telles que Louane, L’Impératrice, Elise et Julia. Une saison deux est en cours de préparation.

Pour le moment, Salut Beauté a une clientèle très française, mais elle commence à avoir quelques clientes qui proviennent de Belgique. Elle a pour objectif d’étendre ses points de vente chez d’autres revendeurs. En plus de son style, ses futures collaborations devraient l'aider à séduire de nouveaux partenaires.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com